Au sommaire du n°13 
  • JOHN HAMMOND
  • JONNY LANG
  • PETER GREEN
  • LE BLUES, LA PEINTURE & L'ENCRE

 


Les Clubs : le New Morning

Temple de la musique "live" Jazz/Blues, "le New" comme l'appellent les habitués, a ouvert ses portes le 10 Avril 1981 et a vu défiler tout le gratin du Jazz et du Blues de Dizzie Gillepsie a Stan Getz, et de Buddy Guy à Jonny Lang pour n'en citer que quelques uns. Cela continue aujourd'hui, ouvrons les portes de ce club à la réputation mondiale....

Mais d'abord un peu d'histoire... Le New (prononcer "le niou") existait déjà à Genève, créé par les beaux-fils de Mme Farhi, qui avaient donné en référence au titre d'une chanson de Bob Dylan. Mme Egal Farhi (une passionnée de Jazz), fondatrice et toujours patronne de cet établissement, est d'origine égyptienne. Née au Caire, dans un milieu cosmopolite, elle a reçu une éducation en partie française. Issue d'une famille bourgeoise (papa est avocat), et après des études réussies, Mme Farhi est enseignante puis journaliste. Contrainte de s'installer en France pour des raisons politiques, elle sera ensuite envoyée à Genève, pour un poste à l'O.N.U. Ses deux beaux-fils fondent un premier New Morning à Genève. Genève, c'est bien mais Paris serait mieux.... Défi relevé, en partie grâce à Jack Lang nommé ministre de la culture. La musique revient à l'affiche et au premier plan. Situé au 7, rue des Petites Écuries dans le 10° arrondissement, à l'emplacement même des anciennes imprimeries du "Parisien Libéré", le club est encastré dans une petite rue tristounette, entre un parking et un immeuble. Trois portes métalliques austères de couleur marron signalent l'entrée ; pas de néons, ni d'enseignes racoleuses....Vous pénétrez dans cet antre par un grand couloir, pour arriver à la salle de concert spacieuse (450 places), où se trouve à droite un long bar en "L", des murs ripolinés de rouge recouverts de portraits  d'artistes, et une scène elle aussi moquettée en rouge ; des plafonds noirs qui ne dissimulent même pas les gaines de climatisation, ni les câbles divers, quelques guéridons pour poser son verre et des chaises inconfortables. Si le tour du propriétaire n'est pas idyllique,il s'y dégage pourtant une atmosphère particulière qui colle si bien aux Bluesmen, grâce aussi aux grands noms qui s'y sont produits. Il y a quelque chose de magique et l'on s'y sent tout de suite bien. On a affaire à un public de puristes il est vrai, avec ce côté bon enfant, pas agressif : tout le monde se connaît... ou presque !!!!Et puis c'est le rendez vous des Bluesmen hexagonaux, qui déambulent le long du bar, venus écouter des Bluemen internationaux. Car le New est le plus connu des Clubs Européens, et un des quatre les plus réputés au monde. Tous les grands noms du Jazz sont venus et viennent encore jouer ici à l'exception de Miles Davis, au grand regret de Mme Farhi ( M Davis a juste fait une incursion pour le tournage d'un film). Quant aux Bluesmen, ils sont Légion à se produire régulièrement dans cette salle. Le regretté Luther Allison a plusieurs fois enflammé le public
et puis dans le désordre, Buddy Guy, Junior Wells, Otis Grand, Amos Garett, Jonny Lang, Albert Collins, Taj Mahal, Larry Garner, ..etc. Il est souvent possible de discuter avec les artistes après leur concert, le temps d'une dédicace. C'est un lieu incontournable : un Jazzman ou un Bluesman se doit de jouer au New Morning. Le New a tout connu. Retard d'ouverture pour huit jours pour un vaste problème de sécurité (une des trois issues de secours trop étroite), ça commençait bien ! Voisinage grincheux à causse du bruit, incendie, inondation et même une alerte à la bombe pendant un concert d'Albert Collins. Le public a peut être un peu changé, mais la programmation étant toujours de qualité, le New continue de vivre avec ses concerts souvent à émotions, et cela depuis 18 ans. Certain qu'il saura entrer aux sons du Jazz, du Blues et de ses musiques environnantes, dans le nouveau millénaire avec le même succès.

Remerciements à Muriel Vandenbossche,
attachée de Presse au New Morning, pour sa contribution.

Le New Morning : 01.45.23.51.41

Christian Le Morvan