Au sommaire du n°16 
  • Hommage à SCREAMIN'JAY HAWKINS
  • BILL DERAIME Interview exclusive
  • CANNED HEAT  - La Saga
  • BLUES & COUNTRY

 


On n'en a jamais parlé, mais..... 

Il faut savoir que depuis quelques années, aux premiers jours de Mars, il existe un festival de Blues à Beauvais (à 80kms de Paris), "Le Blues Autour du Zinc" et, que cette année, pour sa 5° édition, étaient inscrits aux programmes, le 9 Mars Bobby Dirninger, Greg Szlapcynski, Nico Wayne Toussaint ; le 10 Mars, Marvellous Pig Noise, Miguel M and The BBB, Docteur Kitsch, Molok et Méleon'k ; le 11 Mars, Al Copley, Only Blues Band et Calvin Jackson, Blues O Matics etc..; le 12 Mars Last Call et The Honeymen. Tous ces concerts se déroulant gratuitement dans des cafés et pubs (zinc) du centre ville de Beauvais. Il suffit d'y entrer boire un verre, et .... écouter le Blues. D'autres concerts, payants ceux là, ont eu lieu le 15 Mars, où se produisait Jorge Sylvia et Danilo Perez ; 16 Mars : Bill Deraime ; 17 Mars : Olu Dara ; 18 Mars : Baptiste Vayer et Perry Foster, en soirée de cloture, Arthur Adams et Lucky Peterson qui avait oeuvré la veille à Villepinte dans le cadre des Banlieues Bleues en Seine Saint Denis  
 

Bien que la plupart de ces concerts ont lieu en semaine, et le soir, ce qui n'est pas et évident tous tes soirs, j'ai pu assister à celui notamment (parce qu'il faut bien faire un choix), au pub "After Hours", de Bobby Dirninger, un jeune alsacien de 33 ans, à la voix feutrée, qui ,seul en piste, au piano, au premier "set", s'est exercé, entre autres, à "Night Time Is Right Time" de Roosevelt Sykes, aux succès de Muddy Waters et de Ray Charles, mijotés a la sauce Boogie, tel que "What I'd Say  au deuxième "set", à la guitare, un panaché de Dylan, JJ Cale, et autres… Stevie Ray Vaughan ("Lenny") avec un hommage à Jimmy Reed et aux Beatles ("All You Need Is Love"). Il fallait le faire !

C'était du grand Bobby ! (voir chronique de son CD dans Blues Mag n° 13). Le lendemain, c'est Docteur Kitsch, un groupe local, sympa, dans le genre plutôt Rock, à la Dr Feelgood, suivi de, Miguel M. and The Brachay's Blues Band, qui firent l'objet de ma préférence, pour cette soirée. Le BBB, ce septet emmené par la voix de Miguel Moreno et appuyé par une section de cuivres et un guitare rythmique de qualité qu'est Lorenro Sanchez, a véritablement mis le feu à la "Mall's Post", (c'est le nom du café). Miguel, ce jeune de 27 ans, plein d'énergie, s'en est sorti avec brio ; de plus, et c'est un atout dans les concerts, il ne compte pas son temps pour satisfaire son public. Il est un train de devenir un grand Bluesman ! Non, avec lui, en France, le Blues ne sera jamais mort ! La relève est assurée ! (voir chronique de son CD dans Blues Mag n° 12). Samedi soir, c'était Al Copley qui passait au "JB Pub" (un peu huppé !) ; il fallait réserver et le public n'était, semble t-il, pas de vrais amateurs de ce style de musique qu'est le Blues. L'ambiance n'y était pas, bien qu'Al Copley fit le maximum pour détendre l'atmosphère. Je me décidais à changer d'endroit et pousser, pas très loin jusqu'au "BH Café", où étaient programmés, un groupe du Quebec "Only Blues Band", dans une petite salle au sous-sol : sympa et dynamique, puis en vedette Calvin Jackson considéré, paraît-il, comme le meilleur batteur du Delta Blues, accompagné d'un bon guitariste style Texan, et une contrebasse.

Dimanche après midi, c'était "Au Longchamp" qui est également le siège du "Comptoir Magique", organisateur du festival : The Honeymen, émanation de Doo The Doo, venus en 97 et 98 à Beauvais, qui démarre le concert par les grands standards du Blues traditionnel "chicagoan" dans une version dépouillée.

Last Call, une des premières formations Belges, composée d'un chanteur - harmoniciste accordéoniste, un excellent guitariste, un bassiste - contrebassiste et un batteur, nous distille un répertoire proposant des mixages de New Orléans, Rock Blues, Zydéco, Rock'n'Roll, Tex  Mex,... avec beaucoup d'hu-mour ! Surprise, en fin de session, The Honeymen étalant invité par le leader de Last Call, ainsi que le groupe Québecquois "Only Blues Band" de la veille, venu en spectateur, pour taper un "bœuf "de 20 minutes ensemble !... Super !

Jeudi soir, c'est vers Bill Deraime que je me dirigeais, dans le quartier Nord de la ville : bonne prestation !.

Je me libérais de la soirée de clôture et Lucky Peterson vu à Villepinte, pour déserter Beauvais, et assister au show de Roscoe Chénier à Tremb!ay en France... On ne peut être partout !... Pensez que l'an prochain, la 6ème édition nous réservera d'autres surprises !... Soyons à l'écoute, et... BEAUVAIS, ce n'est pas si loin... pour le BLUES.

Jean-Marcel LAROY

Pour clôturer cette 5° édition, c'est l'Espace Café Musique qui recevait les Bluesmen.Dans la grande salle se produisaient en 1° partie Arthur Adams, imposant chanteur guitariste de Chicago Blues, mais aussi de reprises de Chuck Berry et de BB King avec qui il joue souvent dans son club à Hollywood, un bon moment. Ensuite, Lucky Peterson et son nouveau show, nous promène entre Blues traditionnel, Funk, Soul avec sa fantaisie et son côté cabotin. Il a mis le feu dans une salle archi comble. Sans oublier, à l'étage supérieur dans la petite salle du bar, beaucoup plus intimiste, les concerts acoustiques avec N'Dofaozello, Perry Foster, excellent slider et un super duo composé de Vincent Buchet (Harmonica) et Jeremy Tepper (guitare) qui ont su aussi enflammer un public venu nombreux autour du Zinc

Christian Le Morvan