Au sommaire du n°2 
  • CHRIS LANCRY
  • TEXAS BLUES
  • L'ESCLAVAGE
  • BUDDY GUY
  • BLUES DANS L'BOOGIE
  • T-BONE WALKER

 


 


T.BONE WALKER
L'HISTOIRE D'UN CREATEUR SURDOUE

 

Influencé par Blind Lemon Jefferson et Texas Alexander, T. Bone Walker a su merveilleusement bien allier le blues du Texas et les orchestrations sophistiquées des big bands de jazz.

Il est considéré à la fois comme le premier bluesman moderne, un fabuleux virtuose de la guitare, un excellent compositeur et un des grands ambassadeurs du Blues en Europe.

T. Bone Walker a permis à deux styles, blues et jazz, qui jusqu'alors évoluaient parallèlement, de mutuellement s'enrichir et, de fait, de s'adresser à un plus large public. Le mariage de ces deux sensibilités musicales ne pouvait pourtant réussir que si celui qui l'entreprenait était à la fois un compositeur et un instrumentiste de talent, c'est à dire un créateur doublé d'un soliste d'envergure, capable de dépasser par le feeling l'exactitude métrique d'une portée musicale. Compositeur surdoué, dont bien des titres ont nourri le répertoire de générations d'artistes - citons " Call It Stormy Monday " qui deviendra par la suite " Stormy Monday Blues ", pour s'en convaincre!... Il fut l'un des tout premiers guitaristes à bénéficier de l'amplification, privilège qu'il partage avec Eddie Durham et Charlie Christian.

Il fut également un ambassadeur de la musique noire-américaine puisqu'il a participé en 1962 à la première tournée de l'American Folk Blues Festival en Europe. Ce festival créé par deux allemands passionnés de jazz, Horst Lippmann et Fritz Rau aura largement contribué au succès du blues en Europe. Cette première tournée de l'A.F.B.F. comprenait également : John Lee Hooker, Memphis Slim, Sonny Terry et Brownie Mac Ghee, Willie Dixon, Shakey Jake, Helen Humes .

Redonner une dimension nouvelle au blues, développer des arrangements réservés jusqu'alors aux musiciens de Jazz, créer une forme de Blues qui deviendra
le Blues californien telles ont été les grandes victoires d'Aaron Tibeaux Walker.

Fils unique de Rance Walker et de Movelia Jimerson (petit-fils d'une cherokee), Aaron Tibeaux Walker est né à Linden (Texas) le 28 mai 1910.

La famille Walker s'installe à Dallas en 1912. Très tôt, T. Bone - surnom qui dérive très certainement de l'expression créole " p'tit beau " ou " tit beau " - s'intéresse à la musique. Il chante dans les offices religieux de l'Holy Ghost Church. C'est son beau-père, Marco Washington, qui l'initie à la pratique d'instruments. Il étudie la guitare dès l'âge de 13 ans, puis le ukulele, le banjo, le violon, la mandoline et enfin le piano. Très vite T. Bone se passionne pour le blues, Leroy Carr, Scrapper Blackwell et Lonnie Johnson. Ce dernier étant le premier guitariste à jouer note par note et non en accords. Mais sa plus forte influence est Blind Lemon Jefferson qu'il connaît personnellement et à qui il servira de guide. Avec comme conseiller Blind Lemon, T.Bone Walker progresse rapidement, si bien qu'en 1924 il entre comme chanteur, danseur et instrumentiste dans le Medecine show du docteur Breeding. Deux ans plus tard, il rejoint l'orchestre d'Ida Cox et en 1929, il enregistre son premier disque sous le nom d'Oak Cliff T. Bone sur le label Columbia.

Après différentes interventions dans les orchestres de Cab Calloway, Coley Jones et Lawson Brooks, T.Bone décide de passer à la vitesse supérieure. On le retrouve au côté de Ma Rainey et en 1934 il quitte Dallas pour s'installer à Los Angeles. Ce départ pour la Californie marque un tournant décisif dans la carrière de T. Bone walker. Il épouse en 1935 Vida Lee qui deviendra son impresario. L'amplification va permettre à de nombreux guitaristes de pouvoir s'exprimer en tant que soliste au même titre que les cuivres. Cette révolution suscitera bien des vocations et permettra à la guitare d'être l'instrument le plus important de la musique populaire américaine à partir de la seconde guerre mondiale.

En 1940, il entre dans la formation de Lee Hite, avec laquelle, il enregistre " T. Bone Blues ". Les années 40 marqueront pour T. Bone Walker sa consécration, en effet, durant ces années il va collectionner les succès. Le plus célèbre d'entre eux étant " Call It Stormy Monday " (" Stormy Monday Blues ") qu'il enregistre en 1947 sur le label Black and White. La décennie suivante sera également marquée par une très grande richesse artistique, T.Bone saura s'entourer de musiciens de talent comme le guitariste de Jazz Barney Kessel et les Bluesmen Junior Wells et Jimmy Rogers.

Bien qu'il ait dû un temps se reposer à Los Angeles suite à un ulcère qui devait aboutir à l'ablation des deux tiers de l'estomac, T. Bone n'abandonnera pas le monde musical. C'est ainsi qu'il sera présent en 1962 dans la tournée européenne de l'American Folk Blues Festival, expérience qu'il renouvellera en 1968. Cette dernière tournée lui donnera l'occasion d'enregistrer en France pour Polydor l'album " Good Feelin' " avec lequel il remportera deux ans plus tard le prix de la National Academy of Recording Art and Sciences.

Amoindri par son opération de l'estomac et atteint de tuberculose, T. Bone Walker entrera au Vernon Convalescent Hospital de Los Angeles. Il s'éteindra des suites d'une broncho-pneumonie, le 18 mars 1975.

Ainsi s'achève l'histoire d'un créateur surdoué ... 

Patrick Astorg