Robert Johnson :
Poor boy

Saga :
L'immense Tommy Johnson

Interviews

  • Peter Nathanson
  • Tommy Castro
  • Manu Galvin
  • Willie Kent
  • Buddy Guy

 


Comme carte de voeux, la rédaction n'a pas choisi un paysage enneigé. Elle a préféré faire appel à des images du Delta et commencer l'année par un retour aux sources du blues et l'évocation de deux de ses grands créateurs au même patronyme : Robert Johnson et Tommy Johnson. Henry, notre nouveau compère, vous invite, pour sa part, à dénicher vos cadeaux de fin d'année du côté de valeurs sûres à libération prolongée.

De nos jours, faut-il croire au Père Noël pour penser que le blues n'est pas mort ? Que nenni, les amis ! Si la patrie de l'Oncle Sam s'est souvent montrée rétive à favoriser la survie pécuniaire des bluesmen grandis entre ses frontières, les représentants actuels de cette musique profitent, pour notre plus grand plaisir, de la dynamique instaurée en Europe avec l'essor des nuits et festivals au blues consacrés ; radinerie et mémoire courte en matière de cachets et droits d'auteur n'y sont pas de mise pour les musiciens reçus ici avec respect et gratitude. Réservoir potentiel d'accompagnateurs à la hauteur des attentes de ces invités de marque, en tournée dans l'Hexagone, les artistes et groupes français concourent, également, à la pérennisation de l'idiome et à son évolution.

C'est la raison pour laquelle Blues Magazine attire votre attention, dans ce numéro, sur le bassiste Willie Kent, un vétéran de Chicago que nous avons eu la chance de rencontrer, et sur deux bluesmen de la relève : Tommy Castro et Peter Nathanson. Ont également voix à ce chapitre, au paragraphe Blues made in France, Manu Galvin, le guitariste attitré de Jean-Jacques Milteau, et Jean-Luc Mercier, organisateur du Grésiblues.

Nous avons, malheureusement, appris le décès de Jean Bonal, un des plus grands guitariste de Jazz français. II nous a quittés le 17 octobre et un court hommage lui est réservé.

Vous trouverez, aussi, en ces pages, quelques comptes-rendus des sorties dans l'Hexagone de nos noctambules patentés.

Que 2005 soit une année faste pour nos oreilles !

Monique Pouget