1er magazine
100 % Blues !
en kiosque

Dossiers :
La Guitare et la Basse

Saga :
Trilogie Néo-Orléanaise
(1ère partie) :
Fats Domino

Interviews :

  • Beth Hart
  • Delta Saints
  • Rock'n'Stock
  • Very Show Production
  • Mig Toquereau

 


Je commencerais cet édito en rendant hommage à JJ Cale, mort d'une crise cardiaque le 26 juillet en Californie, dans un quasi anonymat aux États-Unis. Il faut dire que l'homme était discret, vivait presque en ermite, n'aimait pas les interviews et voyageait très peu (je ne sais même pas s'il a donné des concerts en France). Auteur, compositeur, interprète, guitariste au jeu subtil et fluide, il créa le Tulsa Sound (Tulsa sa ville natale), mélange de Blues et de Jazz. Son style laid back, en référence à sa nonchalance légendaire, contribuait à en faire un artiste hors du commun. Des titres comme After Midnight ou l'indémodable Cocaïne encensés par Éric Clapton (on peut parfois confondre leurs voix) lui ont valu la reconnaissance de ses pairs. Écoutez l'album The Road To Escondido sorti en 2006 en duo avec Éric Clapton, en partie composé par JJ Cale et enregistré dans son studio, chez lui, un de ses derniers enregistrements, et allez fouiller dans sa discographie, vous y trouverez quelques perles.
Oui Monsieur JJ Cale, vous allez nous manquer, et les Français ne vous oublieront pas.

Une réflexion concernant les festivals de Blues que nous avons parcourus pour certains cet été, bien que quelques-uns aient disparu, que la fréquentation soit en baisse, et il est vrai que les têtes d'affiches qui font fonctionner la billetterie sont souvent éloignées de la Blue note. Ils donnent l'impression de s'en sortir plutôt bien, malgré les difficultés de tout ordre, inhérentes à notre vaste monde en désordre, et cela laisse une image positive pour continuer.

Retrouvez dans les pages qui suivent les nouveautés, les dossiers et l'actualité du Blues en général, sans oublier d'aller consulter notre site Internet et notre Facebook.

Une bonne rentrée à vous tous.

Christian Le Morvan