1er magazine
100 % Blues !
en kiosque

Dossier :
Le Blues Rock dans les mégas festivals

Saga :
Les Grands Compositeurs du Rock'n Roll, ces oubliés (3ème partie) :
Pomus & Shuman

Interviews :

  • John Mayall
  • Tom Principato
  • William Ferris
  • Benjamen Daussy
  • Nino Katamandze
  • Blues Pills
  • Mike Zito

 


Nous terminons l'année avec, en couverture, le père, que dis-je, le grand-père du British Blues, Mister John Mayall, qui nous a accordé une interview, certes concise, mais non sans intérêt.

Il faut rendre hommage à ce grand monsieur qui a su donner ses lettres de noblesse au Blues et qui continue à porter la bonne parole en parcourant le monde, à 80 ans passés. Il a influencé un grand nombre de musiciens de la scène anglaise, qui ont fait découvrir cette musique à la vieille Europe. Cela a eu pour conséquence de permettre aux initiateurs de cette musique noire américaine d'être enfin reconnus dans leur propre pays ! Un comble tout de même !

Autre interview, assez conséquente, celle de l'écrivain-musicologue William Ferris, dans la lignée d'Alan Lomax, et de son éditeur en France Benjamin Daussy.
Suivent également les interviews de Tom Principato, Mike Zito, Blue Pills et Nino Katamadze.

Un nouveau dossier est consacré aux grands festivals de Blues Rock, comme le Hellfest de Clisson en France, le Graspop Metal Meeting en Belgique... où se croisent les Iron Maiden, Aerosmith, Black Sabbath… Des effluves de Blues flottent au-dessus de ces grands groupes qui font déplacer entre 100 et 150 000 festivaliers. Ça laisse rêveur quand on sait que nous, nous crions au miracle avec 3 000 spectateurs sur nos festivals de Blues !

La troisième partie de notre saga Les Grands Compositeurs Oubliés est consacrée à Pomus et Shuman. Deux personnages qui ont composé, entre autres, pour Elvis…

Les rubriques habituelles constituent le reste du magazine, comme les chroniques CD. D'ailleurs, à ce sujet, on nous demande souvent où écouter ces disques avant de les acheter ? Penser à Deezer ou au Suédois Spotify qui, bien sûr, requiert une connexion Internet pour y accéder.

Pour terminer cet édito, précisons que l'année 2014 a été plutôt riche en découvertes. Nous avons vu et écouté de belles choses, et nous sommes confiants quant à la continuité du magazine qui se porte plutôt bien, grâce à vous, chers lecteurs.

Je vous souhaite une excellente année 2015, et qu'il vous arrive le pire des meilleures choses.

Christian Le Morvan