Les échos des concerts et festivals
 

Les rencontres du Blues
du 8 au 12 Mai 2002
au Casino des Pins des Sables d’Olonne.

 

Organisé par Gilles Siembida-Quevenne, responsable événementiel du Casino des Pins des Sables d’Olonne, avec le concours de nos amis de "Blues qui roule", association dirigée par Alain Leclerc, c’est un beau petit programme, sur le thème "Les rencontres du Blues", qui pour faire connaissance avec le blues, s’est déroulé pour la première fois, sur 5 jours. J’y étais, que quelques jours, et n’étant que de passage, je n’ai pu tout voir des groupes prévus, mais déjà avec ce que j’ai vu, il y a de quoi en parler, et….tout d’abord en ouverture, le mercredi 8 mai, dans les jardins du Casino, ce fut Rag Mama Rag, nos anglais bretons qui ont enchanté les amateurs de blues acoustique, pendant le déjeuner, de 12 h 30 à 14 h 30, avec leurs reprises des anciens standards, joués d’une manière magistrale par ce sympathique duo, Déborah et Ashley Dow. Ils devaient renouveller leur prestation, excellente d’ailleurs, jeudi midi 9 mai, mais en intérieur, cette fois. Le soir du 8 mai, après Rag Mama Rag le midi, et Old Bluesters que je n’ai malheureusement pu applaudir l’après midi, ce sont les Toulousains Bernard Sellam, Joël Ferron et Olivier Trebel du groupe Awek qui chauffaient l’ambiance du Cotton Pub. Le jeudi soir, ce fut au tour de l’impressionnant groupe Flyin’Saucers alliant blues rock ‘n’ roll et zydeco avec, entres autres, les extraordinaires Cédric Le Goff à l’orgue, Fabio Izquierdo à l’harmonica et le fameux guitariste Anthony Stelmaszack. Vendredi, Gérard Tartarini et son Bluesy Train, Thomas Laurent et Didier Morando, ouvraient la scène de 12 h 30 à 14 h 30, et animaient agréablement le déjeuner des trop peu nombreux amateurs. C’était le dernier concert auquel je devais assister, regrettant de ne pouvoir entendre la suite de la programmation, et notamment les exécutants suivants : Simon Shuffle Blues Band qui de ouï-dire, après audition de la balance, avec Xavier Pillac, seraient de fins "blueseux", mais…j’ai d’autres regrets…Lady Song, Road Riders, Mississippi Mud, Scratch My Back, etc... mais on ne peut pas être partout tout le temps. En tous les cas, chapeau à l’organisation et souhaitons retrouver "Les rencontres du Blues" l’année prochaine et les années suivantes.

Jean-Marcel Laroy.



retour