Big Ten Inch

He got out his

Indigo IGOTCD 2562 (VA)

Le blues a toujours eu une tradition paillarde, souvent oubliée de nos jours, et cette compilation, (3 Cd, 78 titres), est là pour nous le rappeler. Les enregistrements regroupent des morceaux de rhythm'n'blues risqués, de blues salaces et de doo-wop à double sens d'après l'accroche de la jaquette. En réalité, de doo-wop il n'y en a guère, du rhythm'n'blues il n'y en a qu'en quantité modérée. C'est donc surtout de blues dont il est question. Si certains titres donnent tout de suite une idée de leur contenu, If it don't fit (don't force it) de Barrelhouse Annie, Ram rod daddy de Bo Carter, Meat balls de Lil' Johnson à rapprocher du Great balls of fire de Jerry Lee Lewis, pour d'autres il faut se livrer à une gymnastique d'esprit digne de celle nécessaire au déchiffrage des contrepèteries du Canard Enchaîné : essayez, par exemple, de trouver le rapport de Auto mechanic blues avec le sexe. Musicalement, même si la qualité sonore laisse parfois à désirer, cela tient bien la route, en particulier le 3e Cd, plein de bon rhythm'n'blues 40's et 50's avec l'archétype du morceau à double sens, Big Ten inch (record) où Bull Moose Jackson dit que sa petite amie a sorti un gros dix pouces (25 cm, pas moins) et, après une légère pause où le chœur de son groupe ajoute… un disque ! A ranger aux côtés du Cd Fireball de doo-wop salace For Adults Only.

Bernard Boyat