Carey & Lurrie Bell

Second nature

Alligator ALCD 4898

Réédition d'un duo enregistré en janvier 1991. Papa Carey à l'harmonica, et deux de ses fils, Lurrie à la guitare, et James aux percussions sur deux titres. Lurrie et papa se partageant le chant sur l'ensemble de la galette. Que dire, si ce n'est que ce document, un peu court, de 46' d'écoute est un très bon moment de blues acoustique. Parmi les grands standards, le gospel lisant traditionnel Trouble in my way, Rock me d'Arthur Crudup, Five long years d'Eddie Boyd, Key to the highway de Big Bill Broonzy. Une émouvante interprétation de Heartaches and pain. Grand Cd à déguster…

Jean-Marcel Laroy


Lurrie Bell

And

The Vampin'Blues Band

Cuttin' Heads

Isabel Records

Origine Chicago, ça commençait pas mal ! Dans la famille Bell le Blues est atavique, le papa, les fistons (Lurrie, Tyson, James, Steve et le cousin Eddie Clearwater), tout le monde a flashé pour cette musique. Lurrie tout petit s'essaye à la guitare et présentant de très bonnes dispositions mettra peu de temps a acquérir un excellent niveau, son modèle est Eddye Taylor. Autodidacte, il développe un doigté et une technique qui n'appartient qu'à lui. A 15 ans, il rentre dans le monde professionnel, après avoir tourné avec Eddie Campbell, et lors d'un voyage en Europe avec Billy Branch et Freddie Dixon, Koko Taylor l'emmène en tournée (5 ans), il sera le guitariste et le leader du groupe. Passant une période où il n'était pas très en forme, il revient et réenregistre aussitôt. Cet album de l'année 2000 est un parfait témoignage de son style authentique, pas d'artifices ni de fioritures, du blues tripale (ne pas confondre avec tribale), le son propre mais puissant, les solos qui se densifient crescendo, la voix qui va de la plainte au coup de gueule, en prime le papa qui vient nous honorer de sa présence (6 et 7 de l'album). Et on ne peut pas conclure sans mettre chapeau bas au reste des musiciens, nous nageons dans le grand art, à consommer sans modération.

Alain Aimar