Grigri Blue



Loup pour l'autre

Autoproduction Méli-mel'art (2005) - GGB77/02

www.grigri-blue.com

Il y a parfois des disques qui, comme ce Loup pour l'autre, arrivent au milieu des autres, dans une pochette presque quelconque si l'on n'y prête pas attention, et brusquement c'est la baffe, la grande claque. Respectueux des traditions, on tend l'autre joue, histoire de bien se rendre compte que l'on n'a pas bondi parce que les autres CD du moment sont vraiment trop moyens. Que non, que non, car ce Loup est indéniablement un Loup pour les autres, un loup de race. Le monde prospère, premier titre en acoustique et bourré de Delta feeling, vous fait vibrer d'entrée ; la voix est chaude, comme passée à la râpe, expressive à l'extrême. Dès le second titre, La vie en grand et son intro à la guitare électrique, vous comprenez que ce Loup là est féroce, et que ses crocs sont ses mots et ses grattes. Que ce soit en anglais ou en français, Grigri Blue assure, signant 15 titres bourrés la gueule de mots tendres, de cris d'amour ou de colère, comme dans ce Loup pour l'autre qui débute par des paroles signées G.W. Bush. Façon Dylan ou Joan Baez, Grigri se fait porte-voix des opprimés, des laissés pour compte, des trahis ou des décimés, comme dans ce superbe Leavenworth Blues dédié aux indiens d'Amérique. Riverside Blues vous retournera les tripes et Iwanyaka vous fera dresser les poils, en moins de 3 minutes. Incontestablement, un grand, un très grand album de Blues, signé par un grand, un très grand Loup solitaire, que je verrais bien en chef de meute d'un certains Blues français. Respect, Monsieur !

Frankie Bluesy Pfeiffer