Blues Cousins

Hoochie coochie man

(Landy Star Music - 2001)

Blues Cousins est considéré comme le meilleur groupe de blues de Russie. Les médias nationaux font des ponts d'or à ces jeunes gens qui livrent une vingtaine de concerts par mois, rediffusant régulièrement leurs prestations à la radio et à la télé. Le public, touché par leur grâce, se déplace en masse à leurs concerts et c'est ainsi que Blues Cousins a réussi à se forger une réputation au-delà de ses frontières, représentant le blues moscovite dans les plus grands festivals internationaux. Je n'ai pas eu la chance de rencontrer Leva Lomidze (guitare, harpe et chant), Sergey Patroushev (basse et chant) et Slava Ignatov (batterie et chant) lors de leur passage au Festival Blues-Sur-Seine, et je le regrette. Devant les commentaires unanimes qui m'ont été rapportés des inoubliables concerts qu'ils y ont donnés, il m'était impossible de ne pas poser une oreille attentive sur leur dernière production … Ce qui frappe le plus chez Blues Cousins, c'est l'impédance inouïe qui se dégage des guitares. Une sorte d'énergie communicante et communicative qui s'infiltre au plus profond de l'auditeur par ses pores pour ne plus en ressortir. Qu'ils s'essaient à leurs propres compositions ou qu'ils reprennent des standards, les Blues Cousins sont passés maîtres dans l'art exquis de jouer du blues. On se régalera donc au cours de cette joyeuse demi-heure en s'abreuvant de Crossroads, Hoochie Coochie Man, You don't love me et autres Johnny Guitar interprétés avec une maestria sans aucune commune mesure. Mais le sommet de cette montagne russe restera quand même Sleepless Night et ses envolées de guitares à faire pâlir un Gary Moore ou un Carlos Santana … Et c'est peu dire ! Une merveille qui se laisse boire comme du petit lait et qui vous retourne comme de la vodka. A consommer sans aucune modération, même avant de prendre le volant !

Fred Delforge