Kevin Brown

Mojavé Dust

Dixiefrog / Night & Day

Introduisez le disque dans votre platine. Fermez les yeux, pas vos oreilles... Dehors, buissons et branchages morts roulent sur la plaine désertique et le vent chaud soulève la poussière...Dans la torpeur de votre salon, le guitariste anglais Kevin Brown s'est assis, guitare accoustique sur les genoux, bottleneck au doigt, et joue cette musique nonchalante, un blues à la ruralité extrême, aride, terriblement diabolique. En contrepoint la voix, blanche et un peu dans le registre de celle de Paul Simon, apporte douceur aux morceaux. Ce climat intimiste et envoûtant s'installe dès le premier titre, magnifique Mojavé Dust et vous suivra tout le long de l'album, entre deep blues Travellin' Riverside, reprise de Robert Johnson, Tornado Woman et slide planante façon Ry Cooder When Saturday Comes..., ballades Into the Stone, laid back Something in the Breeze ou plages plus swing No One But Myself To Blame. La prise de son, directe et sans mixage, restitue parfaitement les différences de volume des notes de la guitare. Intelligence du jeu et harmonies subtiles, mélodies, ambiance : Kevin Brown possède son sujet. Le voyage se termine et le temps, suspendu pendant les 45 minutes de cet album, reprend son cours. Une belle leçon de savoir-faire et un grand disque.

Grégory Hulin.