Gashouse Dave



Psyche Blues
The Complete Paris Field Recordings of Gashouse Dave
Dixiefrog

Un style dépouillé qui n'est pas sans rappeler les premiers disques de Dylan, façon Highway 61 Revisited. Une formation qui accompagne musicalement les textes de ce songwriter au look différent depuis le CD précédent. Patrick Stevens déplorait la photographie en noir et blanc sur laquelle on voyait un artiste tout en barbe poivre et sel. Aujourd'hui le personnage est rasé de près et il cache ses yeux derrière des lunettes toutes noires. Veut-il dissimuler les traces de quelques excès parisiens ? Puisque le titre nous informe que tout l'album est enregistré chez nous. Cela ne ressemble pas toujours au Blues que nous écoutons d'habitude, mais la manière de jouer des musiciens et le style de l'ensemble ne laissent pas de doute. J'en veux pour preuve les soli de clavier, les cuivres et l'utilisation de la slide. Peut-être pouvons nous parler de Blues cérébral dans le cas de ce musicien à la voix si particulière ? Les douze morceaux qui composent ce nouvel opus possèdent néanmoins tous, la petite touche qui les rend nécessaires, pour ne pas reprendre le mot de la fin de la dernière chronique concernant Gashouse Dave.

Dominique Boulay


Gashouse Dave

Woman in the White House
Dixiefrog

Inclassable...., c'est en résumé l'adjectif qui pourrait le mieux caractériser le personnage mais aussi la musique de David Randall Shorey dit Gashouse Dave. Une sorte de mutant avec des textes entre Tom Waits et Frank Zappa et une musique avec un beat à la fois électro ou acid-jazz et parfois acoustique. Pour Dave les textes sont importants. Licencié en lettres, on pourrait le situer entre Hemingway et R Chandler. Il le dit lui même, il est d'abord un songwriter et ensuite un guitariste : j'aime les mots et ensuite les sons. Quant à la sonorité, Dave mélange à la fois des sons de télécaster 67 avec du B3 ou un orgue acheté au Vietnam pendant la guerre. Ce type là est inclassable et apporte une véritable touche personnelle à la musique. Dommage que la photo de couverture ne soit pas d'avantage accrocheuse, car la tête de Dave, en noir & blanc, pourrait en faire fuir plus d'un. Mais ce cd est un must. Indispensable.

Patrick Stevens


Gashouse Dave



Way Too Cool

Dixiefrog

Troisième opus du poète maudit du Blues. Tout autant attiré par la poésie que par la musique, chose qu’il essaie de concilier au travers de son œuvre musicale plus qu’il ne chante. Comme souvent aujourd’hui, les "puristes" du Blues en seront pour leurs frais. La musique du père Dave se nourrit bien de la sève de Chicago ou du Mississippi, mais bien d’autres courants la traverse. Rock, bien sûr, mais aussi Rap, Jazz, Pop ou musique psychédélique, ce qui n’est pas sans rappeler parfois le Blues actuel de la "Grosse Pomme". Au final, un disque aux textes fouillés et aux arrangements travaillés, avec un style proche de la perfection où se cotoyent Blues, ballades et Rock.

Patrick Guillemin.