Robben Ford



Truth

Concord Records

Pour son troisième album chez Concord, Robben Ford confirme qu'il a pris un virage résolument Blues, malgré quelques digressions jazzy avec Jing Chi, et plus récemment Larry Carlton. Dans Truth, on retrouve évidemment son légendaire talent de guitariste, mais aussi, on découvre qu'il est devenu un songwriter de tout premier plan. Sur les 11 titres de l'album, 9 sont des compositions. Qu'il donne dans la satyre sociale avec Lateral Climb, dans le discours pacifiste avec Peace On My Mind, ou l'hommage appuyé à son idole BB King sur Riley B King (coécrit avec Keb' Mo), ses textes sont percutants et non dénués d'humour. Robben n'est pas un moraliste, mais un observateur avisé de la société, il tient donc à refléter sa vision d'un Blues socio politique. Il enchaîne les parties chantées, les licks et les soli avec brio, et l'album s'écoute d'une traite. Les deux reprises sont un plaisant Nobody's Fault But Mine d'Otis Redding et une version plutôt funky de One Man's Ceiling Is Another Man's Floor de Paul Simon, sur laquelle Susan Tedeschi apporte sa contribution au chant. Au final, Robben nous livre un album d'une rare élégance, émaillé de longues et virtuoses parties de guitare, que ses fans achèteront les yeux fermés, et que je recommande à ceux qui ne le connaissent pas encore, avec Tiger Walk et Handful of Blues.

Fabiano Simiz


Robben Ford


Keep On Running

Concord Records


Un oubli, ce CD de Robben sorti en mars de cette année et pas reçu, heureusement que les potes sont toujours prompts à vous dépanner. En plus, c'est un petit bijou que ce nouvel opus de Robben, tout en virtuosité, très technique comme toujours, mais surtout très blues. Quelques compositions personnelles, ne dépareille pas au milieu de reprises très bien jouées, comme Badge d'Eric the good, ou le Homework de Carl Perkins, et encore le titre de l'album Keep on Running de Jackie Edwards. Une fausse note, le Peace Love de Nick Love qui n'est pas terrible, mais c'est une opinion personnelle. Ecouter l'hommage à Freddie King signé Robben : Cannonball Shuffle, c'est un super bon morceaux sans vocaux, où l'on retrouve toute la fougue et la technicité du maître des lieux et c'est sacrément excitant. Après ce morceau suit Lifetime thing, un blues lent de belle facture toujours signé Robben, avec en plus une base guitare, harmonica de haute volée. Petite surprise, avec sur cet album en invités de marque, John Mayall et Terry Evans. Pour tous les amoureux du beau jeux guitaristique, cet album est pour vous, et pour les autres venez découvrir Robben Ford, c'est à tomber par terre.

Ce CD est un coup de cœur pour Grégory Hulin.

André Perronnet


Robben Ford

Blue Moon

Concord Records

Album attendu depuis "Supernatural" (sa sortie a été retardée d'un an), "Blue Moon" est avec ses treize titres -dont neuf originaux- l'opus aux sonorités les plus blues des dernières productions solos de Robben Ford. Dès les premières notes, le guitariste emmène son auditeur surfer sur la crête bleue, que ce soit avec les déferlantes "pur blues" comme "Hard To Please" et "The Toodle" (avec Charlie Musselwhite en guest à l'harmonica) ou les embrunts des vagues plus jazz comme l'excellent "Make Me Your Only One" (avec la superbe participation vocale de Julie Christensen, un des grands morceaux de l'album) et "It Don't Make Sense" (à la guitare feutrée), ou encore la fusion de l'instrumental "Indianola". La rythmique toute en finesse et dynamique (le Blue Line est présent sur quatre titres, entre autres pointures) sert d'écrin aux interventions de Robben, qui n'a pas son pareil pour découvrir des enchaînements d'accords et de notes qui sortent du commun. Arrangements raffinés et guitares ciselées, swing et riffs ravageurs, répondent à une voix soul à souhait. Le jeu du guitariste me laisse toujours cette impression de spontanéité, si proche de l'improvisation. De nouvelles sonorités sont explorées sur "Good To Love" et "Up The Line" (usage du sax baryton). On a d'ailleurs l'occasion d'apprécier des cuivres goûtus (sax divers, trompettes) sur quatre titres, et particulièrement "Don't Deny Your Love" qui m'a séduit dès la première écoute. Alors, si vous voulez à la fois écouter un album de Musicien (où l'efficacité des titres - paroles et musiques- ne cède jamais le pas à la facilité) et vous faire plaisir....

Grégory Hulin