Jay Geils
Duke Robillard
Gerry Beaudoin

New Guitar Summit

Stony Plain 1301

Duke Robillard en jazz, on savait. Il avait déjà joué avec Jay McShann en 1998 Still jumpin' the blues (Stone Plain 1254), avec Herb Ellis en 1999 Conversations swing guitar (Stone Plain 1260) chroniqué par mes soins Coup de Cœur dans BM n°17 ; sans compter les compilations éditées en 1996 chez Sky Ranch Duke Robillard plays… All that Blues…et All that Jazz. Ici, c'est en compagnie de Gerry Beaudoin, que je ne connaissais pas (il aurait joué un temps avec Cleanhaed Vinson), et Jay Geils, le fondateur du groupe J. Geils band qui oeuvrait dans les années 60 ; deux fameux guitaristes, et tout cela, accompagnés de John Turner à la contrebasse et de Gordon Grottenhaler aux drums, donne un grand moment de bonheur. Ils y vont tous de leur solo sur des standards du jazz et du blues, tels Bennys Bugle (Benny Goodman), Ain't nobody business immortalisé par Billie Holiday, Lady B Good de Gershwin ou Perdido et Backdoor blues ou encore Glide On sans oublier Seven come eleven de Charlie Christian. Deux titres sont chantés par Duke et un par Gerry. C'est blues… c'est jazz, c'est swing. C'est pour ceux qui aiment le Jazz… Excellent.

La galette comprend un bonus track vidéo sur Swing with Dr Jake, une composition de Gerry.

Je ne peux que conseiller l'acquisition de CD. Vous ne le regretterez pas. C'est Enorme… !

Jean Marcel Laroy