Alan Glen



Crazy Life, A Retrospective Collection

Note Records

www.note-music.co.uk

Alan Glen fait partie de ces bluesmen anglais qui apparaissent dans de très nombreux livrets de CD, car le bonhomme est demandé, réclamé, aussi bien comme musicien que comme auteur-compositeur. Et lorsque le bonhomme se glisse dans la peau de l'interprète, c'est pour y apporter son coup de patte, sa griffe, comme dans ce fabuleux (yes, fabulous) Black Diamond Train qui ouvre cette rétrospective de très belle facture. Note Records ne se moque pas de l'amateur de musique Blues, en lui offrant pas moins de 16 titres qui alternent compos originales et interprétations magistrales. Catégorie reprises, il y a ce génial Black Diamond Train, yes, for sure, mais aussi ce superbe Run Here Boy (également signé Little Axe), un géantissime Please Don't Tell Me 'Bout The News (des Yardbirds), un phénoménal My Blind Life (toujours des Yardbirds), où Alan Glen est accompagné par le grand Jeff Beck himself, et d'autres encore… Côté compos, chapeau bas, Monsieur Glen, car le lascar ne donne pas dans la dentelle et vous offre des titres qui pourraient figurer dans n'importe quelle compil Blues de la dernière décennie : il y a le fameux instrumental Blow Diddley signé Glen-Cotton, mais aussi le superbe Interstate Blues, également signé Glen-Cotton, avec ce superbe duo guitare-harmonica (mais punaise, que deux minutes et deux secondes passent vite - excusez, j'appuie à nouveau sur replay… et encore replay. Punaise que c'est bon !). Vous vous repasserez en boucle Crazy Life (signé The Barcodes, l'un des groupes de Alan Glen), avant de craquer sur une très belle version, bourrée de feeling, de All I Have Is Love, signée Junior Delgado. Une rétrospective qui vaut son poix (avec un 'x' !) de Blues massif. Un CD impossible à ranger tant vous vous le repasserez en boucle.

Frankie Bluesy Pfeiffer

Il y a des rétrospectives qui se passent de commentaires et qui ne demandent qu'à être écoutées, l'âme en paix, avec son cœur entre les mains, comme lors de son premier rendez-vous amoureux. Alan Glen vous procure ce frisson, cette indéniable sensation que vous écoutez une suite de grands moments du Blues, de très grands moments… et qui se passe de commentaires superflus. Un CD indispensable, que vous n'êtes pas prêt de ranger dans votre CD-thèque.

Lucky Sylvie Lesemne


Roger Cotton - Alan Glen



Born in Black & White

Note Records - NCD 1004-2

www.note-music.co.uk

Lorsque deux grands du Blues made in UK se retrouvent, on peut se demander ce qu'il en sortira, surtout lorsque ce sont deux fortes personnalités, et talentueuses. J'ai un doute, car le titre de l'album parle de noir & blanc, et la couleur de la pochette l'est, en N&B, mais dès le premier titre, c'est le feu d'artifice : une explosion bluesy de couleurs et de teintes. Pari gagné pour le grand Alan Glen (harmonica et gratte) et le remarquable Roger Cotton (Hammond C3, piano et six cordes aussi). Entouré de deux bassistes, d'un swinguant Peter Miles aux drums et de Rob King au chant, les deux compères signent dix des onze morceaux de ce superbe produit parfaitement fini, arrondi aux angles, et que vous réécouterez en boucle. Ecoutez-moi ces longues envolées de Roger au Hammond C3 dans On The Waterfront, ces soli de gratte acérés, mais tout en finesse, comme dans Maxwell Street Mood, et ce jeu d'harmo puissant et aérien à la fois, car le charme de cet album se trouve aussi dans cette alternance incessante de soli, sans qui que ce soit n'allonge la sauce. Du bel ouvrage, du très bel ouvrage, dont je vous recommande I Don't Want Your Love, un Blues lent fabuleux, avec ses 4 minutes 52 d'émotion pure. Sorry pour les autres, mais j'appuie encore sur la touche replay et me remets une nouvelle fois ce I Don't Want Your Love.

Frankie Bluesy Pfeiffer