Janiva Magness



Do I Move You ?

Northern Blues records - NBM0033

Il faut bien vous l'avouer d'entrée, et mon admiration sans bornes pour cette diva, dût-elle en prendre un coup, ce nouvel opus de Janiva Magness est un ton en dessous de toute l'émotion et de toute l'intensité qu'elle nous communique lorsqu'elle est sur scène. Un je ne sais quoi qui fait que des titres, pourtant bien ficelés, comme I'm Just a Prisoner ou I Can't Stop Cryin' vous donnent une furieuse envie de les écouter en live, comme si Janiva ne s'était pas totalement libérée pendant ces séances d'enregistrement. Par contre, dans des titres aux atmosphères plus intimistes, comme You Were Never Mine, le son est nickel chrome, la balance parfaite, et là, vous prenez de l'émotion et des frissons en overdose. Hasard ou pas, le titre de l'album, Do I Move You, est d'ailleurs l'un de ces Blues lents assassins dans lesquels la belle, la très belle Janiva excelle. A quand l'enregistrement live… ?

Frankie Bluesy Pfeiffer


Janiva Magness

Use what you got

Blues Leaf Records

Voilà une belle femme rousse aux yeux pétillants, mais surtout à la voix rauque et profonde : une personnalité au potentiel vocal qui a été un temps décrite comme une hurleuse du Blues pleine d'avenir, que je ne connaissais pas avant de l'avoir vue exécuter le Blues sur scène au Bay-Car Blues Festival où elle a survolé un répertoire allant du Blues au Rythm' Blues et au Swing. Emballé par son excellente prestation j'ai, à cette occasion, fait l'acquisition de son dernier CD, de même que de son deuxième My bad luck soul et je ne le regrette pas. Cette femme, qui en plus de son charme a le rythme dans la peau mais également la voix qu'il faut pour le Blues, est dans cette galette accompagnée entre autres, selon les morceaux, par son mari Jeff Turmes à la basse, Paul Eckman et David Kida aux drums, Andy Kaulkin au piano et à l'orgue, Brie Darling aux congas au shaker and cow bell et son bonhomme de mari Jeff Turmes au ténor et baryton saxophone également, David Woodford ténor et baryton saxophone, sans oublier Zach Zunis sur les guitares. Que sélectionner dans cette galette ? Rien. Tout est très bien interprété. Et pourquoi Janiva Magness ne serait pas, pour moi, un coup de cœur ? Du calme… Il faut rajouter qu'elle a eu précédemment l'occasion de chanter avec l'excellent guitariste Kirk Eli Fletcher. C'est une référence…

Jean-Marcel Laroy