Mudzilla

Zooziana
Autoproduction - 2002
Durée 33'39 - 10 Titres

http://mudzilla.free.fr

Il est délicat de présenter Mudzilla sans faire allusion à l'écrevisse géante qui lui a donné son nom… Les Bordelais s'inspirèrent d'elle au moins autant que de la musique Made In New Orleans pour se forger un style impeccable. Fort de son expérience acquise sur les rives du Mississipi, Vincent Pollet-Vilard, chanteur, pianiste, guitariste mais aussi harpiste quand le besoin s'en fait sentir, a décidé de fonder un véritable groupe dédié à une musique qui ne se cantonne pas aux standards du Blues. Pour mener à bien l'enregistrement de ce premier album, il s'appuie sur une équipe forte composée de Florian Royo et Anthony Stelmaszck aux guitares, Alain Baudry à la batterie et Nicolas Domenech à la basse. Les compositions suivent naturellement, subtiles et fines… Vincent Pollet-Villard se paie le luxe de s'exprimer dans un Anglais parfait, ouvrant dès lors à Mudzilla la voie royale pour une carrière internationale. Quelque chose me dit qu'il serait judicieux de miser un petit billet sur eux, vert peut-être, mais bleu également !

On démarre sur l'orgue énigmatique du leader de cette jeune formation et au bout de trois accords, le charme opère. L'homme aux touches d'ivoire s'offre en outre une voix ingénieuse, tantôt nasillarde, tantôt digne des plus grands crooners… Pollet-Villard serait-il un génie ? Le Mozart Blues de la région Aquitaine ? Ses compositions coulent naturellement, comme spontanées… Au lieu de se contenter de jouer un Blues traditionnel, le quatuor innove et fabrique son style en y incorporant soit une pointe de Jazz, soit une touche d'électronique, au risque de s'attirer les foudres de quelques puristes pour qui le Blues doit rester old school ou ne pas être. Désolé, mais le résultat est tellement impressionnant qu'on ne pourra qu'adhérer à l'idée. Les guitares sont à la hauteur quand il est question de se lancer dans des soli et que ce soit sur All For You ou sur Big Easy, jamais les six-cordistes ne déméritent. Le tandem basse batterie affirme ses ambitions et quand la contrebasse entre en action, elle est génératrice de moments forts ! On signalera l'oppressant 4 AM qui fait montre d'un feeling saisissant, mais aussi le très Country Cornfeld et le déconcertant Zooziana où la voix se sature de façon très inattendue. Mudzilla avait déjà fait son trou en live, l'écrevisse prouve que, cuisinée à la Bordelaise, elle a sa place dans un studio… Admirable !

Fred Delforge - 10 février 2003