Charlie Musselwhite



Delta Hardware

Realworld records / EMI - 09463-60122-2-3

Dès le premier titre, dès le premier accord de guitare, on se prend la baffe. Church Is Out est de la veine des grands tubes de Blues électrique, avec ce bon Charlie qui vous envoie par-dessus une rythmique impressionnante, sa sauce perso et relevée à l'harmo. Enchaînement à fond de cinquième avec One of These Mornings (cet envol de la six cordes ne vous rappelle rien, à vous, amateur de metal-rock… ?), avant de prolonger sur Sundown, avec son rythme un plus posé mais toujours aussi efficace. Les titres s'alignent avec force et puissance, et l'on se dit qu'à l'inverse de nombreux rockeurs qui viennent se replonger, avec l'âge, dans le Blues, le bon Charlie s'élève au-dessus de ces racines pour nous concocter un mélange Blues Rock électrique aux subtils accents Country. Black Water est de ces titres que vous réécouterez encore et encore (mais sans les copier, car l'album est protégé contre la copie, même privée), tout comme Gone Too Long (…. mais trop court - moins de trois minutes), et Invisible Ones dans lequel on retrouve avec plaisir un son et une ambiance à la Tom Waits,… sans oublier un excellent Blues For Yesterday qui clôture, déjà, l'album. Une baffe, une belle baffe, vous dis-je.

Frankie Bluesy Pfeiffer


Charlie Musselwhite

Sanctuary

Realworld

Faut-il être noir pour chanter le Blues ? Charlie Musselwhite, début de carrière en 1966 après une vie un peu marginale, nous prouve que non avec son nouvel album, Sanctuary, il nous envoûte avec son harmonica sur des chansons signées Randy Newman, Ben Harper ou Townes Van Zandt. Il voyage dans l'essence même du Blues, sa voix profonde et chaude nous confirme que nous sommes sur la planète Blues et nul part ailleurs. Il se permet un léger flirt avec la Country Homeless child. Reconnu comme un des meilleurs bluesmen ruraux, harmoniciste des plus importants et pourtant originaire de la communauté blanche, présent partout ou le Blues exprime ses lettres de noblesse. Sa volonté d'être atypique en gardant la nature originelle du Blues le positionne comme un créateur permanent, aucun standard, du neuf à tous les coups. Pour conclure, après une journée bien stressante, vous vous asseyez confortablement une bière très fraîche à la main et vous écoutez… Ce cd devrait être remboursé par la sécu.

Alain Aimar


Charlie Musselwhite

One Night In America

Telarc

Voici le nouvel album de Charlie Musselwhite, qui nous invite à passer une nuit en Amérique entre Blues, Country et ballades américaines. Dès le début du disque on ressent une atmosphère très détendue propre à Charlie Musselwhite. L’harmonica est reconnaissable entre mille ainsi que la voix de Charlie, qui chante en duo avec la Countrywoman Kelly Willis. Elle nous rappelle, dans le même style, une certaine Emmylou Harris, sur le titre " In A Town This Size ". Se joignent à eux les guitaristes Robben Ford, et une des stars de la Country music Marty Stuart, qui bien sûr n’est pas étranger à cette ambiance Country que l’on pourrait qualifiée de " Blues blanc ". Ici tout est réuni pour faire un très bon disque, une belle chanteuse, un harmonica simple, discret et efficace, de bons guitaristes et une section rythmique qui tient plus que la route. Un disque idéal pour se détendre en ce début de printemps face à un beau coucher de soleil. Ah, si on pouvait toujours avoir le Blues de cette façon !…

Stéphane Biset.