Omar & The Howlers



Bamboozled - Live In Germany

Ruf Records

Et une fois de plus, nous avons loupé le coche ! Il est passé par ici, il repassera par là et nous n'avons pas vu le Omar Dykes et ses fidèles Howlers chez nous. Quel dommage ! Heureusement que les bonnes maisons d'édition ont l'idée de faire paraître les bonnes galettes au moment propice. Il y a peu de temps, c'était le G Thorogood et ses Destructeurs, aujourd'hui, c'est le O et ses Hurleurs. Voilà qui nous aura armés pour la canicule de cet été, du moins aimerions nous le croire, au moment, où nous rédigeons ces quelques lignes. Jon Hahn aux fûts et Barry Bihm à la guitare basse accompagnent Omar pendant l'une de ses prestations scéniques outre rhin. Celle de ce soir a lieu à Göttingen. Des morceaux des albums précédents nous sont livrés live. Shake For Me, Mississippi Hoo Doo Man, South Congress Man qui nous fournit la preuve que Blues Rock et Blues de facture plus classiques, joués côte à côte, permettent de passer un super moment. Tout s'enchaîne très vite. Et il n'y a pas de temps à perdre ! Magic Man, Boogie Man, Rock'n'Roll Ball, etc... Nous n'en avons, d'ailleurs, pas perdu…

Dominique Boulay


Omar & The Howlers

Boogie Man

Ruf Records


Omar, le retour. Son dernier album datait de 2000, et le nouveau est aussi bon que le précèdent. Tous les titres sont de Omar Dykes. Le démarrage est des plus fulgurant, avec le titre de l'album Boogie Man. L'ensemble du CD sonne très blues rock avec des titres comme Stone Cold Blues ou le très rock That's Just My Life, il y a aussi du plus doux tel que Mississippi Mud ou carrément blues All The Love We Can Stand. Sur son CD, Omar à invité du beau monde, la rythmique légendaire du Double Trouble (Chris Layton et Tommy Shannon), le guitariste Chris Duarte, Malcom Welbourne. Toute sa musique est un mélange de swinging, de rocking blues, et de rhytm'n blues. La voix d'Omar est très particulière, et fait penser à du Docteur Feelgood, période Lee Brilleaux. Pour les amoureux du rock texan, ce disque est pour vous, et il y rejoint ces prédécesseurs Buddy Holly ou T-Bone Walker.

André Perronnet