Ian Parker



Where I Belong

Ruf Records

Mea culpa dois-je écrire, car plus le temps passe et plus j'ai le sentiment d'avoir été un peu ingrat avec Ian Parker, dont j'avais eu l'occasion de chroniquer le précédent CD live. Il se produisait, il y a quelques jours, à l'Espace Blues chez Christian Legras, et c'est à cette occasion qu'il m'a très gentiment offert son dernier CD que j'écoute attentivement en ce moment même. Cela après un magnifique concert, où il avait fait preuve de multiples talents aux guitares et d'une grande générosité avec le public, hélas, trop clairement parsemé. Onze compositions de l'artiste chanteur guitariste, qu'il joue en compagnie de ses musiciens habituels. Ceux-là mêmes qui étaient avec lui dans le disque live précédent et dans les deux autres disques. Morceaux rythmés et mélodies plus douces aux accents de ballades Blues Folks alternent de manière régulière et mettent tout en valeur, aussi bien la voix légèrement éraillée du chanteur que la dextérité du guitariste. Que ce soit à l'issue du show ou bien après l'écoute de la dernière galette, on comprend aisément pourquoi Ian a déjà fait, par deux fois, les premières parties des concerts d'Eric Clapton en Grande Bretagne. On ne peut pas s'empêcher de faire des comparaisons, au niveau du jeu de guitare et des instruments choisis, mais qui s'en plaindra ? Pas nous, en tout cas.

Dominique Boulay


Ian Parker



Whilst The Wind

Ruf Records

Longue introduction de clavier, voix langoureuse et chaude débute ce deuxième opus live de Ian Parker Whilst The Wind. Un premier morceau, très lent où le chanteur est seulement accompagné de Morg Morgan à l'orgue. Ensuite, les rythmes s'emballent davantage. Batteur, Wayne Proctor, et bassiste, Steve Amadéo viennent rejoindre le chanteur guitariste et constituer son groupe en live. Cela se passait le 04 décembre 2004 au Bluesgarage de Hannovre (Deutschland). Onze morceaux, dont huit compositions originales, permettent au public germanique d'abord, et aux auditeurs du monde entier ensuite, d'apprécier le talent de ce guitariste au jeu très fluide et aux envolées guitaristiques multiples, ainsi que les soli de l'organiste déjà nommé ci-dessus. Rappelons pour information, que Ian Parker est considéré comme l'artiste de blues rock le plus populaire, en Grande Bretagne, actuellement. Ambiance intimiste garantie ! Un disque à n'écouter qu'en fin de soirée, très tard… en dégustant un fameux breuvage tout au fond d'un canapé, seul ou accompagné ! C'est la reprise du morceau de David Crosby Almost Cut My Hair qui vient achever ce troisième album de Ian Parker. Sans grande originalité mais très audible malgré tout.

Dominique Boulay


Aynsley Lister

Erja Lyytinen

Ian Parker

Pilgrimage

Ruf Records

Pilgrimage, un album des Wishbone Ash, est-ce un hommage ? En tous les cas, ce n'est pas la même musique, il s'agit de la rencontre de trois artistes dans le cadre des Blues Caravan Tour, cher à Thomas Ruf. C'est du Blues plutôt rock, avec une douceur, celle de Erja Lyytinen, que je ne connaissais pas, mais qui possède une superbe voix. Douze titres pour cet album, et une seule reprise, You Don't Know du regretté Luther Allison, avec des compositions réparties entre les trois artistes. Cela démarre très rock avec 1010 d'Aynsley Lister, puis plus blues All The Time de Ian Parker, Puis, carrément slow avec Last Love Song d'Erja Lyytinen, moi j'adore tout particulièrement Mississippi Lawnmower Blues en acoustique, très prenant, avec un tempo roots superbe. Pour la suite, un morceau funk, Funky Mama, un rock Twinkle Toes Willie et un bon Blues, Dreamland Blues. Un très bon CD, pour découvrir trois artistes, très jeunes, et prometteurs.

André Perronnet