Michael Powers



Prodigal Son

BYN 005 Baryon / Socadisc

Avec son premier album, Onyx Roots, Michael Powers avait déjà frappé un grand coup en imposant une voix râpeuse et torride. Avec Prodigal Son, album hommage à de grands noms du Blues, tels Jimmy Reed et Blind Gary Davis, mais aussi à des incontournables comme Bob Dylan, Michael Powers enfonce le clou en nous offrant un album bourré d'énergie et de sensibilité. Celui qui joua avec James Cotton, Robert Cray et John Lee Hooker semble s'être imbibé de toutes ces rencontres pour nous proposer une superbe galette argentée, alternant avec un savant dosage de génie des titres au punch explosif (l'intense et somptueux Goin' Down en premier titre, tout comme le furieux Train Kept A Rollin' qui clôt l'album) et ceux à l'atmosphère plus intimiste. Un mélange de genres et de styles qui font de ce CD l'un des tous bons et des tous meilleurs de ce début d'année.

Frankie Bluesy Pfeiffer


Michael Powers

Onyx Root

Baryon Records

Attention Pépite!!! Un sens inné du blues ainsi que du boogie et un talent guitaristique certain font que dès les premières notes vous êtes emportés vers les vertes prairies où John Lee Hooker et U P Wilson jouent tous les après midis. I Can't quite you baby de Willie Dixon, Baby's got a train de Howlin' Wolf, She's about a mover de Sir Douglas, Bird on the wire de Léonard Cohen et Country boy de Muddy Water, viennent compléter l'opus de Michael Powers. Superbe album solo d'un musicien qui a joué avec les plus grands : James Cotton, Chuck Berry, Johnny Winter, Robert Cray ou John Lee Hooker himself.
Un CD au contenu idéal pour initier de nouveaux adeptes à ce qu'est le Blues électrique et un magnifique cadeau aux autres qui vont ainsi compléter leur discothèque avec une œuvre majeure qu'il est impossible de décrire en quelques lignes. Précipitez vous l'écouter et vous comprendrez combien il me manque de place pour parler plus longuement de ce fabuleux présent. Même le flamenco trouve une place dans ce disque, c'est vous dire !.
Une réaction psychotique est toujours à craindre lors de son audition mais il suffit, après tout de se dire que ce n'est que pour votre plus grand bien.

Dominique Boulay