Magic Slim & The Teardrops

Blue Magic

Dixiefrog/Night & Day

Magic Slim, l’un des derniers Chicagoan "Pur Jus", produit par Popa Chubby, le leader du New York City Blues sorti tout droit du Bronx , on aurait pu croire à une gageure ! Et pourtant, pari tenu, le disque tient parfaitement la route du début à la fin. Néanmoins, on aurait pu s’attendre à ce que les deux générations se "mélangent" un peu musicalement, ce qui est loin d’être le cas. Excepté sur "Chickenheads" où l’influence du bad boy du Bronx se fait quelque peu sentir sur le Blues raz de terre, mais O combien efficace, du gars Slim. A par cela, on peut vainement chercher la moindre trace de " New York City Blues " dans ce disque, on ne la trouvera pas, fut-ce avec une loupe… Magic Slim reste " brute de fonderie ", et au fond, n’est-ce pas ce que l’on aime dans sa musique ? L’influence de Popa est à mon sens ailleurs. Dans ce petit plus d’énergie et de conviction, qui font que cette galette se situe légèrement au-dessus des dernières, qui étaient déjà de très haut niveau, "How Many More Years", "I’m A Bluesman", "Evil Woman Blues", "You Got To Pay" et "Goin’ To Mississippi" sont les moments forts d’un disque qui ne comporte aucun déchet. A noter cependant, que les reprises de "How Many More Years" d’Howlin’ Wolf et "I Want To See You In The Evening" d’Hound Dog Taylor, ne sont pas crédités à leurs créateurs, laissant à penser que ce sont des originaux, ce qui n’est pas le cas. Pour ceux qui ne sont pas franchement emballés par sa musique, ne vous précipitez pas sur ce disque, il ne vous ravira pas plus que les autres. Pour ceux qui comme moi aiment ce style de Blues bien gras, bien basic "instinct" et terriblement jouissif, n’attendez plus, cassez la tirelire de votre grand-mère quand elle dort (c’est toujours mieux que la vôtre…) et achetez ce disque sans vous poser de questions, vous n’en aurez pas de regrets.

Patrick Guillemin.