Lobi Traore & Joep Pelt



I Yougoba

Diesel Motor Records / Motor CD 1030 - Bad Reputation

www.badreputation.fr

Fusionner deux facettes, deux tendances du Blues aussi différentes l'une de l'autre, pour mieux les faire fondre dans un mélange sans frontière culturelle, tel est le formidable pari réussi par le label Bad Reputation, grâce à deux monstres sacrés du Blues, l'un européen et l'autre africain : Joep Pelt d'un côté et Lobi Traoré de l'autre. Pour Joep le batave, qui n'a cessé depuis ses 18 ans, d'être en quête de ces fameuses racines du Blues en marchant dans les pas de R.L. Burnside et de T. Model Ford, la rencontre était inévitable, comme planifiée par le destin ou par un de ces vieux sorciers noirs de ce Blues mythique aux racines africaines. C'est en 2004, lors d'une première visite au Mali que Joep croise la route d'Ali Farka Touré et surtout celle de Lobi Traoré, fils de Samba et Nana Djiré, chanteurs de la société secrète du 'Komo'. La rencontre entre Joep et Lobi l'initié est non seulement musicale, mais humaine : les deux hommes fraternisent et leur amitié sincère et profonde va donner naissance à ce superbe album bourré de feeling et d'émotion : I Yougoba. Dans toutes les chansons, la voix de Joep le blanc alterne avec celle de Lobi l'africain qui utilise dans certaines de ses paroles les anciens textes du Bambara, le plus grand groupe ethnique du Mali. Frissons garantis. Le jeu de guitare de Joep, d'essence Delta Blues, est soutenu, entrecoupé par des riffs tout en finesse signés Lobi. La richesse de la rythmique et des percussions, superbement valorisée par une excellente prise de son, consacre un album magistral, puissant, unique : confirmation également que tout commence par le rythme. 'Vieuxhanne' à la batterie et aux percussions ainsi que 'Petit' Adama Diarra au Djembé assurent et impressionnent, épaulés par un exceptionnel Breima Kouyaté à la basse. Les 11 titres de cet album sont de pures merveilles et si vous êtes comme moi, vous ne pourrez déjà plus vous passer de l'intro du premier titre, celui qui donne son nom à l'album, I Yougoba, une intro magistrale. Le reste de l'album est tout aussi sublime, reflétant un état de communion spirituelle entre deux mondes et deux couleurs du Blues : le blanc et le noir réunis pour un opus à la sérénité unique. Une sérénité bourrée d'une émotion à fleur de peau qui fait frissonner de bonheur, comme dans ce La Haradocketikie, avec un super Cherif Soumano à la Kora. Un grand, un très grand album ; un de ceux qui marqueront incontestablement cette année 2007.

Frankie Bluesy Pfeiffer


Lobi Traore

Mali Blue

Dixiefrog / Night & Day

Si le volet Du Mali au Mississippi de la série des films de Scorsese vous a séduit, cette compilation de 4 enregistrements réalisés à Bamako entre 1990 et 1998, est pour vous. La sélection de titres vous permettra, à nouveau, de céder à la douceur envoûtante des voix, au charme des mélodies plaintives et des rythmes dansants du Mali, ainsi qu'à la magie sonore de ses divers instruments. Certes, les ruptures sont évidentes entre cette musique d'essence traditionnelle, issue de la terre des ancêtres de nombreux africains - américains, et le blues de leurs lointains descendants ; pourtant, on y décèle quelques éléments communs, la gamme, le rythme donné en contrepoint par les percussions, l'appel et réponse entre le chanteur et les chœurs ou l'orchestre et l'improvisation… Comme son maître, Ali Farka Touré qui l'accompagne d'ailleurs sur plusieurs morceaux, le compositeur, guitariste et chanteur Lobi Traoré allie, avec une connivence authentique, l'inspiration de ses racines et les apports extérieurs de rencontres fécondes : le dialogue avec la basse électrique de Stéphane Sarlin et avec l'harmonica de l'excellent Vincent Bucher constitue une autre bonne raison de succomber aux mélopées de ce Mali Blue (un petit regret, cependant : l'absence d'indications sur les thèmes des chansons, tels qu'ils figuraient sur les CD originaux).

Monique Pouget