Muddy Waters

Rolling Stone 1941-1950

T-Bone Walker

Father Of The Modern Blues Guitar

Frémeaux et Associés

On sait que les débuts discographiques de Muddy Waters ont bénéficié d’un coup de pouce du hasard : les frères Lomax, ne trouvant pas Robert Johnson (et pour cause, il avait déjà été assassiné !) se rabattirent sur le jeune Muddy dont on leur disait le plus grand bien. Les deux morceaux qui ouvrent ce coffret, issus de cette séance d’enregistrement historique dans la plantation où il travaillait, en laissent présager la carrière qui s’annonce. Dans le jeu de slide incisif et précis, la voix parfaitement placée, on perçoit déjà la violence tranquille qui s’exprimera à Chicago, une fois intégrées les influences de Big Bill Broonzy ou Sonny Boy Williamson.

"Je ne voulais en aucun cas que mon fils soit un de ces miséreux sans instruction qui travaille la terre ". Cette phrase, prononcée par la mère de T-Bone Walker, en dit long sur les divergences de parcours entre Muddy Waters et lui. Divergences que l’on retrouve forcément dans la musique. Là où Muddy Waters assène une fureur lancinante , T-Bone est tout en raffinement, absorbant comme un buvard l’influence des musiciens de jazz qu’il accompagne pour la ressortir dans des solos qui semblent réinventer la guitare à chaque note. On comprend pourquoi il deviendra lui-même une influence majeure, sans doute la plus citée par les grands guitaristes de blues : les multiples pistes qu’il emprunte sont toutes bonnes à suivre.

Les compilations de de Muddy Waters et de T-Bone Walker ne manquent pas, mais celles-ci offrent l’occasion d’approfondir sa connaissance de deux maillons essentiels de l’histoire de la musique du siècle dernier.

Benoit Chanal.