Jody Williams

You Left Me In The Dark

Evidence


Pour cette chronique, je vais faire un petit retour en arrière : Jody Williams, après son comeback en 2000 au festival d'Utrecht, nous avait gratifié de son Cd Return of a legend en 2002, pure merveille que nous avions classée en Indispensable (cf. BM n° 28). Et bien, cette fois-ci, il recommence avec You left me in the dark, toujours chez Evidence. Un voyage dans le blues, le feeling, l'émotion ! On retrouve sa touche guitaristique pleine de sensibilité et d'accroche. Le bonhomme devient, s'il ne l'était pas déjà dans les années 50, un incontournable. Dès le 1er titre, qui est celui de l'album, il nous transporte, il nous sublime. Les autres titres s'enchaînent, très boogie comme I can't get you of my mind, slows langoureux comme Don't get caught sleeping in my bed et Nothing can't change this love. Le 8ième morceau, un instrumental Hideout, avait été enregistré en 1962 par Jody lui-même. Il est accompagné ici par d'excellents musiciens : Bob Waters aux claviers, Billy Flynn et Chris James aux guitares, Patrick Rynn à la basse et Willie Hayes à la batterie. Jody de sa belle voix, essaye d'apporter, comme il le dit lui-même, de la joie et de l'espoir dans ce monde moderne. Ces chansons viennent du cœur. Cet album est vraiment la suite de Return of a legend, qui avait d'ailleurs reçu un WC Handy Award. Il repose avant tout sur le son et le feeling de Jody dans ses solos avec sa Gibson ES 345 qu'il surnomme Red Lightnin. Alors, vous savez ce qu'il vous reste à faire : courir chez votre disquaire !

Claude Jandin