Louisiana Blues

Film de J-P Bruneau & J Reynes

Frémeaux

Chef d'œuvre, pas d'autre terme pour ce documentaire de 93 sur les musiques de la communauté francophone de Louisiane qui comptait, au recensement de 92, 267.000 membres, et 1 M de Louisianais se réclamant d'ascendance française, bien que les Créoles (noirs francophones de Louisiane) n'aient pas été pris en compte (ségrégation, quand tu nous tiens…). Comme beaucoup de documentaires réalisés pour Arte, il est à la fois divertissant, offrant des plages musicales d'artistes que l'on ne voit pas souvent, à l'exception des Bobby Michot ou Bruce Daigrepont, et pédagogique : très bonne explication du Grand Dérangement illustré d'une carte montrant les pérégrinations des Acadiens, futurs Cadiens (Cajuns pour les Anglos). On a un bref, mais assez juste aperçu de la vie quotidienne en Acadiana et une idée plus complète des musiques francophones, dont l'évolution est bien expliquée par Jean-Barry Ancelet, pas prof de fac pour rien. Seul regret : le rock'n'roll cajun, chanté en français n'est pas évoqué. Le titre illustrant le rock'n'roll en Acadiana est une version du Matilda de Cokkie & Cupcakes, titre swamp pop par excellence. Une fois de plus, le swamp pop, interprété en anglais la plupart du temps (il existe en français Je suis bête pour t'aimer de Joe Barry par exemple), par des Cadiens qui ont dû angliciser leur nom d'artiste, est superbement ignoré. En dépit de ces oublis, je maintiens le terme de chef d'œuvre.

Bernard Boyat