Popa Chubby



Electric Chubbyland

Plays the Music of Jimi Hendrix at the File 7

Dixiefrog

Popa Chubby aime la France, Popa Chubby aime Jimi Hendrix. Le tout mis ensemble donne ce DVD enregistré à Magny le Hongre en novembre 2006. C'est en fait, le prolongement du triple CD sorti en début d'année, mais là, il y a les images en plus. C'est très bien filmé, avec un son correct, mais pas de 5.1. Les titres maintenant : Voodoo Child, Come On, Manic Dépression, Purple Haze, Hey Joe, en tout 11 titres pour 100 minutes de concert et en bonus une interview. Bon, mais est-ce bien, me direz-vous ? Je vous réponds que pour les amateurs d'Hendrix, Popa s'en tire vraiment très bien, il ne dénature pas le maître, il lui rend un vrai hommage, tout en donnant sa version personnelle des morceaux choisis, et c'est là le principal. Comme à l'origine, il se produit en section minimaliste : le trio, et c'est là toute la magie d'Hendrix qui réapparaît. Si on doutait du talent de Popa, ce DVD en fera taire plus d'un, car c'est un vrai bonheur d'entendre un élève aussi doué que le maître, et c'est peu dire. Si vous avez aimé le CD, ce DVD ne peut que compléter votre collection, du tout Popa, ou du tout Hendrix comme vous voulez.

André Perronnet


Popa Chubby

Wild


Dixiefrog

Un DVD de Popa Chubby, est-ce une nouveauté, tellement ce monsieur inonde le marché ? Eh bien moi, modeste critique, je vous dis oui ! 2 heures d'un Ted au meilleur de sa forme, enregistré dans la salle mythique du plan à Ris-Orangis le 27 mars 2004, avec un très bon rendu du son 5-1, un bon éclairage, rien à redire sur le contenu de ce DVD. La plupart des titres proviennent des 3 derniers albums, et démontrent que Popa doit plus sa notoriété, à la puissance et au charisme qu'il dégage sur scène, qu'à ses chansons. 18 titres, presque tous de lui, sauf quelques perles : Hey Joe de Billy Roberts, Back Door Man de Willie Dixon, ou encore le Come On In My Kitchen de Robert Johnson. Les bonus sont particulièrement complets, avec 10 mn d'interview autour de la musique, de sa vie et des Etats-Unis, un backstage de sa vie en promo et en tournée, 2 vidéos clips, avec un making of de l'un deux. Petite surprise au milieu du concert : l'apparition de madame Horowitz au chant et à la basse, et sur le dernier titre, un petit clin d'œil avec ses deux enfants formant un chœur. Parlons des musiciens : Steve Holley à la batterie, Nicolas D'Amato à la basse, Mike Lattrell aux keyboards, bref un très bon band au service de Popa. Ce DVD est un des meilleurs. Il retransmet les qualités de l'artiste. Il est indispensable aux inconditionnels du Monsieur.

André Perronnet

 


Popa Chubby

In Concert

Ohne Filter / Musik Pur

Ce nouveau venu dans la famille des DVD de l'émission allemande Ohne Filter est consacré au Blues Rock. En effet, c'est le New Yorkais Tom Horowitz alias Popa Chubby qui en est la vedette. C'est dans la délicate formule du power trio (guitare, basse, batterie) que Popa se présente à nous. Et il n'a pas eu besoin de tricher pour nous convaincre. C'est de l'énergie à l'état brut qu'il nous assène pendant une cinquantaine de minutes. Capable quasiment dans la même mesure de martyriser avec violence les cordes de sa Strat et de finir sa phrase dans une douceur quasi féminine (comme dirait mon copain Fabiano). Pour l'occasion, Popa est formidablement soutenue par une section rythmique composée de Dave Hamburger à la Basse et de John Digullio à la batterie. Les arrangements sont pourtant suffisamment riches pour nous faire croire par moment à une formation plus fournie.
Comme d'habitude pour cette émission, la set list est particulièrement serrée mais particulièrement bien choisie. On retrouve pelle melle des titres des différents albums précédents tel Gas Money, Angel on My Shoulder, Dance the Night Away, que les inédits (en avril 97) Trail o'Tears, Caffeine and Nicotine, le concert débutant par le titre de Tom Waits Heart Attack and Vine.
Pas de mauvaise surprise avec Ohne Filter, la prise de son est toujours bien soignée. Le rendu est excellent, à la fois chaud et rond. Le 5.1 apporte un léger plus en nous positionnant à la place des spectateurs du live, mais sans révolutionner la piste Stéréo.
Pour conclure je dirai que c'est un concert qui nous donne la pêche, et dont le principal défaut est de donner envie d'appuyer sur la touche encore de la télécommande.

Jean Pierre Surault