Bob Dylan



Don't Look Back de D. A Pennebaker

DVD - Sony BMG

1965, Bob Dylan est en Grande Bretagne pour une tournée sur toute l'île. D. A. Pennebaker filme l'événement, la caméra au poing. Du cinéma vérité, au service de la musique. Cela n'est pas sans rappeler le One plus One de Jean Luc Godard, du moins, au niveau du générique… Il faut dire que le cinéaste surdoué n'en est encore qu'aux balbutiements d'une carrière qui deviendra très abondante. Qu'on en juge plutôt par ce qu'il a gravé ensuite, sur la pellicule : Monterey Pop Festival 1967, Sweet Toronto, Keep on Rockin' sur Little Richard, Ziggy Stardust And The Spiders From Mars avec David Bowie en 1973, Depeche Mode 101, Woodstock Diary 1994 et Rock'n'Roll sur Chuck Berry. Cela constitue un palmarès honorable… Tout commence donc par un Bob Dylan qui, en possession de plusieurs cartons sur lesquels sont transcrits les paroles de Subterranean Homesick Blues, les jette sur le sol au fur et à mesure que la chanson défile sur la bande sonore. Il se trouve dans une grande usine apparemment désaffectée. Puis, nous entrons dans le vif du sujet. De la descente d'avion, en passant par les coulisses des différentes salles britanniques où il s'est produit : Chelsea, Sheffield, Manchester, Newcastle, Liverpool, Birmingham etc... et le Royal Albert Hall pour finir. Tout nous est livré pèle mêle : extraits de concerts, morceaux joués intégralement, bribes de conférences de presse, interviews. On est avec lui dans des voitures, dans des trains, dans les coulisses des salles de spectacle, dans les échanges verbaux avec des fans ; des discussions avec son road manager, aux dialogues avec son producteur. On le surprend essayant des harmonicas ou improvisant sur un piano placé sur son chemin. C'est un document incomparable et incontournable sur celui qui est en passe de devenir le porte paroles de toute la nouvelle génération et ce, même s'il prend le temps de nous préciser déjà le contraire, dans les extraits filmés de l'entretien qu'il a avec un journaliste de Time Magazine. Nous avons même la primeur de ses coups de gueule, car il profite à l'occasion de cette interview pour asséner quelques vérités pertinentes sur les grands magazines de l'époque. Comme quoi, rien n'a changé au pays des libres médias. Car cela nous sera encore rappelé, dès le premier volume de ses chroniques parues chez Fayard en 2005. On apprend à connaître le poète musicien à travers ses pérégrinations continentales. Joan Baez est également du voyage. C'est ensemble qu'ils rencontrent Donovan et qu'ils s'entretiennent avec Alan Price. Ce magnifique ouvrage discographique se compose de deux DVD. Le premier contient le film et le second les suppléments. Il se termine par une autre version de Subterranean Homesick Blues, mais sur le toit d'un immeuble. A ce coffret est joint le livre script du film : plus de cent soixante pages et quatre cents photos. Le tout dans une présentation très soignée. Une plongée vertigineuse dans le temps et dans la genèse de l'œuvre d'un des plus grands auteurs compositeurs poètes du siècle dernier. Cela mérite une place de choix dans toute DVD thèque d'honnête homme. A posséder impérativement !

Dominique Boulay