Rory Gallagher



Live At Montreux
Eagle Vision

Ce double DVD de Rory Gallagher est une compilation des cinq concerts qu'il a donnés au festival de Montreux en 1975-1977-1979-1985 et 1994, dont deux avec son groupe taste. Les titres tirés de ces concerts sont représentatifs de l'œuvre de l'Irlandais à la Stratocaster, mythique guitare heros. Tatoo Lady, Craddle Rock, Laundromat, Secret Agent, A Million Miles Away, Pistol Slapper Blues, Shin Kicker, Too Much Alcohol, Bad Penny, Monchild, Banker's Blues, Big Guns, sont une partie du premier DVD et nous montrent l'évolution de son talent jusqu'à la maturité.
Le second DVD est l'intégralité du concert de 1994, malgré un Rory bouffi et rongé par l'alcool et… le guitariste semble être au sommet de son art. Il décèdera un an plus tard, à 47 ans, et nous manquera à jamais.

Un grand moment de Blues et de Rock, quelques bonus acoustiques sont ajoutés, on a même le droit à de la mandoline.
Ce double DVD est excellent, enregistré en format son DTS. Magnifique !

Christian le Morvan


Rory Gallagher

The Complete Rockpalast Collection

W D R

Est-ce le dernier témoignage du plus grand artiste de Blues Irlandais, en tout cas, ce triple DVD est un cadeau inestimable pour tous les fans de Rory, et pour les autres aussi, car il regroupe 5 concerts de 76 à 90, tous enregistrés dans le cadre des émissions Rockpalast, avec la rigueur Allemande, mais aussi la qualité de l'image, du son et de toute la technique qui va autour. Parlons des DVD : le 1er est la copie conforme du Rockpalast, déjà chroniqué dans notre N° 35, je ne m'étendrai donc pas dessus, sachez seulement que ce sont 2 concerts, un de 76, et un de 77 avec en plus une jam sessions de 79. Passons au DVD 2, Lorely 82 en plein air, 18 titres et écoutez simplement Bad Penny, Moonchild, Philby, là vous comprendrez ce qu'est l'excellence guitaristique et je pèse mes mots. Toujours en prime une partie acoustique très bien jouée, 1 h 50 de pur bonheur. En plus du concert, une jam session comprenant 5 titres dont un medley rock, avec Eric Burdon. Le DVD 3 comprend deux concerts, un de 79 et un de 90. Celui de 79 est classique, avec un band réduit en trio, il comprend 13 titres, dont A Million Miles Away, Goin' To My Home Town joué à la mandoline. Le concert de 90 est dirons-nous plus moderne, Rory semble plus enrobé, mais avec toujours de l'énergie. Il est enregistré à Cologne, on peut dire que la façon de filmer est meilleure qu'en 76, les titres sont moins connus que ceux de l'époque de transition entre les années 70 et 80, style Shadow play ou Waywaerd Child, mais c'est du très bon Rory Gallagher, plus blues. Par exemple, du Sonny Boy Williamson, Don't Start Me Talkin, Mean Disposition, avec orgue et harmonica, joué en slide, The King Of Zideco, avec accordéon, vous l'aurez compris, ce concert de 90 est celui qui se rapproche le plus du blues traditionnel. La cerise sur le gâteau, les trois derniers titres sont joués avec Jack Bruce à la basse, sur Born Under A Bad Sign, I'm Ready et Politician, un grand moment. Au total, 84 titres et plus de 5 heures de musique, de bonne musique à déguster sans modération, et tant pis pour ceux qui trouvent cette chronique trop longue, le DVD est un indispensable qui rend un très bel hommage à un immense artiste disparu : Rory Gallagher.

André Perronnet

 


Rory Gallagher

At Rock Palace

Tout commence par un concert acoustique en 10/76. Un brin de Rory Gallagher Unplugged avant l'heure des célèbres concerts de MTV. L'irlandais interprète quelques uns de ses classiques en pur virtuose. Il manie la guitare dobro ou acoustique avec facilité et pourtant le cameraman nous montre bien que les cordes métalliques de la sus nommée ressemblent plus à des câbles qu'à des Martins. Nous frissonnons à la vue de celui qui, déjà en 71 à la Taverne de l'Olympia, avait enflammé public et spectateurs d'une des trop rares émissions de Pop up sur la chaîne de TV. Il venait de se séparer des membres de Taste et il commençait sa trop brève 2ème carrière en compagnie de Gerry McAvoy à la basse. Moment magique du DVD, le trio entre en scène et quoi de plus puissant pour commencer que le Going To My Home Town qui déjà en 72 perturbait nos années de lycée tant la mandoline était magnifiquement célébrée. Puis 3 h d'un mémorable concert en 3 parties : 76, 77 et 79. Gallagher, McAvoy et De Ath nous assènent les meilleurs morceaux de leur répertoire et nous avons, grâce au développement de la technique, le sentiment de voyager dans le temps, comme si nous y étions encore ! Un batteur qui martèle puissamment des fûts, un bassiste qui s'explose les doigts sur les cordes, un Rory Gallagher qui s'exprime dans des soli magnifiques et qui s'entretient avec son public avec une gentillesse extrême. Jamais fatigué malgré ses bonds sur scène. Un moment fabuleux ! Même le clavier se surpasse et pourtant il faut reconnaître que nous avions eu du mal à accepter l'ajout de ce 4ème musicien au trio initial. En extra, l'écossais Frankie Miller vient même pousser de ses cordes vocales sur 2 morceaux. Voilà qui efface la tristesse que nous avions encore au souvenir de son dernier concert du festival de Lorient 1994.

Dominique Boulay