Une exclusivité Blues Magazine 

Dennis Jones - janvier 2009

 

Préparée et réalisée par André Perronnet au Billy Bob's, le 17 janvier 2009
Photos : Claude Jandin et André Perronnet


Ayant été contactés par Disney Village, qui organisait son premier Week-end Blues en ce début d'année, nous avons pu, à cette occasion, rencontrer et interviewer Dennis Jones, un auteur compositeur et guitariste virtuose américain, dont c'était le premier passage en France.

Blues Magazine > Bonjour Dennis, pouvez-vous vous présenter ?
Dennis Jones > Mon nom est Dennis Jones, je viens de Los Angeles, Californie. Je suis né et j'ai grandi à Baltimore County au Maryland. Je joue depuis très longtemps. La première fois que j'ai joué, j'avais 15 ans. Je joue du Rock et du Blues.

BM > Vous vivez à Los Angeles, est-ce facile de jouer le Blues là-bas ?
DJ > Non, ce n'est pas facile, mais c'est possible. C'est réellement difficile quelquefois, mais j'ai de bons fans. Cela fait longtemps que je joue là-bas, et j'ai de bons et fidèles fans qui viennent voir mes concerts tout le temps, je marche assez bien là-bas.

BM > Est-ce la première fois que vous jouez en France et pourquoi ?
DJ > Pourquoi ! C'est la première possibilité qu'y s'offre à moi. J'ai déjà joué en Europe, mais c'est la première fois en France, j'attends avec impatience.

BM > Vous avez déjà joué en Europe, et pourquoi pas en France ?
DJ > Je n'ai jamais été contacté pour la France. J'ai joué en Italie, en Suisse, en Autriche, mais c'est la première fois en France ce soir.

BM > Quand vous étiez jeune, vous avez joué de la batterie et après de la guitare. Pourquoi ?
DJ > Je voulais jouer de la batterie, mais mes parents ont dit non, c'est trop bruyant. Donc, j'ai acheté une guitare avec un bon ampli, et j'ai fait du bruit, plus de bruit (rire).

BM > Pourquoi avoir choisi la guitare ?
DJ > J'ai choisi la guitare, à cause de ce que j'écoutais quand j'étais gamin : mon héros était Jimmy Hendrix, j'ai vraiment aimé, et je voulais faire la même musique.

BM > Quelles sont vos influences musicales ?
DJ > Pour le Blues, mes principales influences sont Albert, Freddy et BB King, et puis Jimmy Hendrix, Johnny Winter et Jimmy Page

BM > Vous avez joué en première partie de Johnny Winter ?
DJ > Oui, il y a quelques mois. J'ai eu la chance d'ouvrir pour lui, et lui parler ! J'étais comme un enfant, c'était merveilleux. C'est mon guitariste préféré parmi tous ceux qui existe.

BM > Pensez-vous représenter ces influences par votre style ?
DJ > Je n'ai pas vraiment le même style, mais je m'en inspire. Ils m'ont révélé pour être moi-même, et m'ont encouragé à écrire ma propre musique, parce que tous les musiciens que j'aime ont leur propre style, et beaucoup de musiciens ont le même son, et se ressemble. En fait, on emprunte tous un peu les uns des autres, et effectivement vous pouvez entendre ces styles dans ma musique.

BM > Votre style est Funk, Blues Rock, dur, pourquoi ce style ?
DJ > j'ai grandi avec ce style. J'aime le son d'un groupe, et je suis en train de préparer quelques morceaux acoustiques. Mais pour moi, c'est toujours le gros son que je préfère. J'adore être là, au milieu de l'excitation énergique et électrique. C'est la dynamique de la musique, jouer fort, jouer soft, construire. Je ne peux pas jouer juste Boom, Boom tout le temps, je veux de la musique évolutive.

BM > Vous avez une certaine ressemblance avec Bernard Allison, êtes-vous d'accord avec cela ?
DJ > Je connais Bernard Allison, mais si tu nous vois ensemble, tu ne penseras pas pareil. Quand je le vois, on parle de ça, nous avons la même croisière pour le Blues, mais quand on se parle, on se dit, on se ressemble ? En fait non, on ne se ressemble pas du tout ! C'est un bon musicien.

BM > Pensez-vous que la musique vous apporte tout ce que vous désirez ?
DJ > Oui, mais je vais continuer à faire cela, ça fait trente ans que je le fais, et cela m'apporte de la joie. Pourquoi arrêter maintenant ? Quand je joue, je me sens moi-même, je suis comme chez moi. La scène, c'est ma vie.

BM > Est-ce ton rêve de jouer cette musique ?
DJ > Rêve, non c'est la réalité

BM > As-tu un autre rêve ?
DJ > Non, pas si grand que la musique. Les autres sont derrière, après viennent les femmes, les voitures et d'autres, mais la musique est mon rêve.

BM > Vivez-vous de votre musique ?
DJ > Non pas encore, pas tout à fait. Mais je vis pour la musique, à cent pour cent.

BM > Vous composez, comment vous viennent les idées ?
DJ > Je compose beaucoup avec la basse, et avec une petite machine, j'ai des idées de texte, et seulement après je fais les nappes de guitares. Parfois, j'ai des trous, je n'y arrive pas. Alors, je prends ma guitare acoustique et avec elle, je trouve. J'ai écrit 20 titres pour mon nouveau CD, j'ai choisi 12 ou 13 titres qui je pense, s'intégreront. J'aime écrire, je suis compositeur d'abord et guitariste ensuite.

BM > Continuerez-vous le Blues ? Allez-vous orienter votre musique sur un autre style ?
DJ > Le Blues, c'est les racines de ce que j'aime jouer. Je joue un peu de Country, un peu de Rock, mais tout ce que j'écris et je joue tourne autour du Blues. Même si certaine personne trouve que ce n'est pas du Blues, pour moi c'est le Blues.

BM > Quelle est votre espérance pour le futur ?
DJ > Pour moi, juste avoir du succès, de continuer à enregistrer, composer, revenir en France. J'aimerais avoir le même succès que BB King ou Buddy Guy, c'est mon rêve.