Une exclusivité Blues Magazine 

Rencontre avec un artiste portugais
de passage à Paris
Paolo Furtado
Wraygunn

05 mars 2008

 

Interview préparée et réalisée par Dominique Boulay
Photos © DR

De retour d'un week-end nuptial à New York, nous avons rencontré Paolo Furtado, et pris le temps de discuter avec lui dans les locaux d'Exclaim, en compagnie de notre ami Rémy Algava de la maison de disques. Paolo Furtado est à la fois leader de la formation portugaise Wraygunn et l'unique artiste du fameux One Man Band, The Legendary Tigerman, que nous avons eu le privilège de voir au cours des formidables Nuits de L'Alligator à la Maroquinerie, rue Boyer à Paris 20ième. Je vous livre, ci-dessous, le contenu de notre petit entretien.

BM > Peux-tu nous expliquer les différences qu'il y a entre The Legendary Tiger Man et Wraygunn ? Qu'est-ce qui est le plus facile et qu'est-ce qui est le plus difficile ?
Paolo Furtado > Eh bien, les deux projets sont vraiment très différents. Mais pour moi, ils se complètent mutuellement. Ils me permettent, tous les deux, de réaliser et de concrétiser tout ce que je veux accomplir en tant qu'artiste, en ce moment même. Les deux présentent naturellement un certain nombre de difficultés distinctes : Tigerman demande davantage de travail en ce qui concerne les prises de photos, la réalisation de courts métrages. Et puis cela nécessite aussi une certaine quantité de répétitions, parce que seul en scène, j'ai encore moins le droit à l'erreur. Wraygunn, c'est un peu comme une grande famille italienne. Il y a toujours un grand nombre de points de vue différents qui s'affrontent, et des tas de gens sur la route ou en studio. C'est plus un travail collectif. Mais en définitif, les deux sont très gratifiants pour moi.

BM > Tu parais être un Docteur Jekyll avec le groupe et un Mister Hyde lorsque tu deviens LTM. Est-ce bien la réalité ?
PF > C'est exactement le contraire ! Je pense que Tigerman est vraiment plus proche de moi, tandis que Wraygunn est juste une explosion d'énergie, qui parfois me transforme en cette bête, ce fauve qu'est Mister Hyde.

BM > Quelle est la chose la plus facile : tourner avec Wraygunn ou bien être seul avec toi-même ?
PF > C'est difficile à dire, parce que tout est vraiment différent. C'est évident que d'être seul est plus simple d'un point de vue logistique, bien qu'en fin de compte, tourner en tant que Tiger demande plus… physiquement. C'est difficile à dire, je ne peux pas vraiment répondre.

BM > Quand j'ai croisé Mathias de Stinky Lou & The Goon Mat, nous avons parlé de toi et il me disait que vous étiez copains, voir même complices ?
PF > Oui, c'est exact. On se rencontre parfois quelque part sur la route. Peut-être qu'un jour, effectivement, nous aurons le temps de faire quelque chose ensemble. Pourquoi pas !

BM > La première fois que j'ai rencontré Rémy de chez Exclaim, nous avions évoqué Bob Log III. Est-ce que tu le connais ?
PF > Oui, Bob est un super bon copain. Mais je ne pense pas que nos musiques aient beaucoup de liens en commun, excepté le fait que nous jouions en One Man Band. Bob est beaucoup plus trash que moi. Je pense que j'attache davantage d'importance aux textes et aux mélodies. Mais j'aime néanmoins beaucoup ce qu'il fait.

BM > Qu'as-tu l'habitude d'écouter, lorsque tu ne travailles pas ?
PF > Et bien, j'écoute de tout. Cela va du Tango à la musique exotique, en passant par le Rock'n roll, le Blues, le Punk, le Funk, la Soul, l'Électro, le Hip hop, le Reggae, la Dub. Je ne suis pas, par contre, un passionné de House ou de Techno.

BM > Peux-tu nous dire quelques mots sur le Rock, le Blues ou d'autres musiques un peu moins conventionnelles dans ton pays, le Portugal ?
PF > La musique au Portugal est en train de vivre ce que j'aime appeler son âge d'or. Il y a plein de groupes qui sont en train de produire de très bonnes choses. Peu importe que cela soit du Rock, du Hip hop ou autre chose : Dead Combo, D3 O, Vicious 5, Micro Audio Waves, Sean Riley & The Slowriders. Il y a plein de bonnes formations. Il est difficile de toutes les énumérer. Je pense que tôt ou tard, le reste du monde va finir par les découvrir.

BM > Comment peux-tu définir ton style de musique ?
PF > Je pense que les fondements de ma musique sont le Rock'n roll et le Blues. Mais ensuite, sont venues s'ajouter un certain nombre de différentes influences. Non, je crois vraiment que cela doit être, en définitif, du Rock'n roll, au sens large du terme.

BM > Sur l'une des vidéos qui figurent sur ton site web, on voit se dérouler un film, en arrière plan de ta prestation musicale. Est-ce toi qui a tourné et produit ce film ?
PF > Je ne vois pas de quel film, en particulier, tu parles. Mais il est vrai que j'ai tourné pas mal de films, et que j'ai participé à la coproduction de beaucoup d'autres. J'ai aussi invité des réalisateurs pour qu'ils illustrent en images mes chansons. C'est l'expérience universelle de Tigerman dans la fusion de l'image et de la musique.

BM > Parles-nous de tes projets cinématographiques, courts ou longs métrages. Considères-tu le film comme quelque chose de complémentaire à la musique dans une conception d'un Spectacle complet, cinéma, théâtre, musique et pourquoi pas poésie ?
PF > Je viens de commencer le tournage de mon premier long métrage cette année. Je prépare également un nouvel album CD/DVD, avec des courts métrages sur différentes femmes, qui s'intitulera Femina. Je suis en train de démarrer le travail sur tout cela en ce moment même.
Le premier duo filmé s'est fait avec Asia Argento. J'en suis très content. J'ai aussi joué et terminé la bande sonore du film de Rodrigo Areias, Tebas, qui va sortir un peu plus tard dans le courant de l'année. J'ai également travaillé sur des bandes sonores pour le théâtre. Ce sont des choses que j'ai vraiment envie de faire.

BM > Envisages-tu l'écriture aussi ?
PF > J'ai écrit le script de mon film il y a un an maintenant. Et il est certain que j'espère écrire encore davantage.

BM > Quelles sont tes attentes vis-à-vis de la France ?
PF > Ce que j'espère pouvoir faire, ici, en France ? C'est de tourner le plus possible, aussi bien avec Wraygunn que seul, en Légendaire homme tigre. Une grande tournée pleine d'amour !

BM > Eh bien, il ne me reste plus qu'à te remercier pour ta disponibilité. Merci d'avoir répondu à ces quelques questions qui, je pense vont intéresser les lecteurs fans ou non de l'une des deux formations dans lesquelles tu officies. J'espère vous voir bientôt avec tout le groupe et te revoir seul en tant que Tigerman.
PF > Merci à toi, et plein de bonnes choses pour toi et Blues Magazine.


Discographie

Wraygunn The Legendary Tiger Man

- Shangri-La 2007 Masquerade - 2006
- Ecclesiastes 1.11 2004 Nacked Blues - 2004
- Soul Jam 2001 Fuck Christmas, I Got The Blues - 2003
- Amateur 2000 In Cold Blood - 2002

Membres :
- Paulo Furtado, guitare, chant Paolo Furtado, guitare, batterie, harmonica, chant
- Raquel Ralha, chant
- Sergio Cardoso, guitare basse
- Francisco Correia, sampler
- Pedro Pinto, batterie
- Selma Uamusse, chant
- Joao Doce, batterie