Dans les années quarante, Fats Domino en ayant su associer le premier le rythme du boogie-woogie au piano et les mélodies nonchalantes devient un des pionniers du Rock In Roll. Elvis Presley le reconnaît comme un de ces prédécesseurs. Lors d’une interview en 1969 à Las Vegas, Elvis interrompt même le reporter qui l’appelle The King, et lui montre du doigt Fats Domino présent dans la salle en lui disant « C’est lui le vrai Roi du Rock’n’Roll ».Antoine Dominique Domino Jr naît le 26 février 1928 dans une famille aux racines créoles. Il est le 8éme enfant, et grandit dans le 9e district de la Nouvelle Orleans, quartier situé à l’est de la ville entre le lac Pontchartrain et le Mississippi.

Il s’initie à la musique en écoutant le phonographe familial sur lequel ses parents écoutent du Blues et du Jazz. Lorsqu’il a 10 ans, ses parents héritent d’un vieux piano en mauvais état. Le beau-frère d’Antoine Dominique, Harisson Verrett, un musicien de jazz traditionnel, lui marque le nom des notes sur les touches et lui montre quelques accords. Antoine Dominique passe dès lors tellement de temps au piano que ces parents déménagent l’instrument dans le garage, qu’il apprend seul en écoutant des enregistrements de tous les musiciens qu’il trouvait. Il s’inspire de musiciens comme Meade Lux Le Lewis, Pinetop Smith et Amos Milburn. Comme il a une excellente oreille, il écoute les morceaux 5, 6 , 7 … 10 fois, jusqu’à les rejouer à l’identique de l’enregistrement. À 11 ans il quitte l’école, et commence de travailler comme livreur de pain de glace. Dans chaque maison où se trouve un piano, il s’arrête et joue un peu. À 15 ans il commence de jouer dans les clubs, à 20 ans il prend sa carte de professionnel afin d’avoir le droit de jouer en dehors de la ville. Il se produit dans un club nomme Hideaway au sein d’un groupe dirigé par le bassiste Billy Diamond. Ce dernier surnomme un soir Antoine Dominique, Fats Domino du fait de sa morphologie râblée. Ce sobriquet qui restera son nom de scène. Fats Domino devient rapidement le leader du groupe et attire les spectateurs au Hideaway. Un soir, un agent d’Imperial Records vient voir son spectacle. Cet agent, David Bartholomew, trompettiste et auteur-compositeur lui fait signer un contrat avec la maison de disques, et devient aussi le principal collaborateur de Fats Domino. Ils arrangent, transforment et composent des titres pour que Fats Domino puisse les enregistrer.

Leur premier succès est Fat Man. Enregistré en 1949 ce titre, considéré comme le 1er Rock’n’Roll, est vendu en 1 million d’exemplaires en 1951. Suivront des douzaines de succès jusqu’aux années 60, dont les célèbres Goin' Home, I’m Walkin, Blue Monday, Walkin To New Orleans, et bien entendu le célèbre Blue Berry Hill. Le succès du tandem Domino/Bartholomew est tel qu’Atlantic Record, maison concurrente, encourage ses poulains Screamin Jay Hawkins, Ray Charles, etc., à essayer d’imiter leur style. Fats Domino tourne ensuite en Europe à partir de 1962, et rencontre les Beatles à Londres en 1963 avant qu’ils ne soient célèbres. Le contrat de Fats Domino prend fin en 1963. Il signe alors avec ABC Paramount, puis Mercury et Reprise records. L’invasion du British Blues Boom fait baisser la fréquence de diffusion des titres de Fats Domino à la radio. Son dernier réel succès, une version de Lady Madonna classé au top 100 du hit-parade, remonte à 1968. Il se concentre ensuite sur ses tournées et ses spectacles à Las Vegas où il se produit plusieurs mois par an. Dans les années 80 il décide de s’installer définitivement à la Nouvelle Orléans. Il s’y produit régulièrement au Jazz and Heritage Festival. En 2005, à l’arrivée de l’ouragan Katrina, Fats Domino refuse de quitter sa ville. Son quartier est inondé et Fats Domino se réfugie au 1er étage de sa maison. Son évacuation par hélicoptère marque les esprits, et le président Buch lui rend visite en 2006 en reconnaissance de l’apport de la Nouvelle Orleans à la culture musicale. Fats Domino édite alors son dernier disque Alive and Kickin’ pour venir en aide aux musiciens sinistrés de la ville.

Fat Domino en 2007 devant sa maison restaurée à la Nouvelle Orleans ©DR

Fats Domino, pianiste de légende aujourd’hui trop oublié, malgré ses plus de 60 millions de disques vendus, est décédé à Harvey en Louisiane le 24 octobre 2017. Il avait 89 ans.